vignette jaques perreux

Militant du bien Commun.
Conseiller municipal (eelv) deVitry sur Seine.
Membre du groupe des élus de "la fabrique Vitry en mieux

Rendez-vous sans rendez-vous

  1. En mairie

    le 1er jeudi du mois à partir de 17h téléphoner au 01 46 82 84 56.

  2. Dans les quartiers

    • Centre quartier Fabien
    2e jeudi du mois à partir de 18h

    • Galerie commerciale
    Simply (ex-Atac)
    3e jeudi du mois à partir de 18h

Carte blanche

  • les idéaux républicains sont devenus des armes de discrimination et de mépris

    par Jacques Rancière, Philosophe

    lire la suite

Vu ici et là

Sur le net

Avec vous

Collecte pneumatique des déchets...ça se discute !

par Khaled Ben Mohamed, conseiller municipal à Vitry-sur-Seine

Le conseil municipal de la ville de Vitry-sur-seine a approuvé dans sa séance de juin un projet de collecte pneumatique des déchets pour 10000 logements. Je reproduis ici l’intervention de Khaled ben Mohamed pour le groupe "Vitry Alternative à Gauche Unitaire Ecologique et Sociales", qui converge avec celle de Bertrand Potier pour le Parti de Gauche, pour rejeter ce projet.

Pour ma part, m’intéressant depuis longtemps au plan départemental et régional à l’enjeu de nos déchets, j’ai aussi plus que des doutes sur le sens d’un investissement d’une telle ampleur quand la priorité des efforts devrait être donnée à la diminution des déchets, à l’éducation au tri et à la valorisation notamment de la partie fermenticide, pour éviter le recours massif à l’incinération. Dans tous les cas, au delà de la technique retenue et des lobbyings très puissants dans ce domaine, il y a lieu de s’interroger si c’est cela le progrès que nous voulons en tant que citoyens si c’est cela le bien vivre auquel nous aspirons dans notre ville et si cet investissement est judicieux.

N'étant pas spécialistes des déchets, nous avons pris le temps d'étudier de la façon la plus précise qu'il nous était possible la proposition faite au Conseil Municipal d'autoriser le Maire à signer un marché de près de 32 millions d'euros au total pour l'installation d'une Collecte pneumatique dans quatre quartiers de Vitry.

La note proposée au Conseil municipal a bien sur été l'un des éléments importants pour nous forger un avis, mais nous avons aussi collecté des informations auprès de spécialistes du sujet, du Conseil Régional, de professionnels de la collecte, ainsi que sur Internet.

Ces informations et avis nous rendent très interrogatifs.

En effet, même si les intentions de la ville sont très clairement de diminuer les nuisances dues aux ordures ménagères, de diminuer la circulation des camions, et que nous approuvons ces intentions, le résultat escompté nous semble loin de cette intention et c'est ce qui nous rend dubitatifs.

Les avis que nous avons reçus nous montrent qu'on ne peut avoir de religion en la matière. Il semble par exemple qu'un tel projet soit efficace dans le cas de nouveaux quartiers, là où les travaux d'installation s'intègrent directement à tous les aménagements. Il semble aussi que ce type d'investissement se fasse plutôt à l'échelle de dizaines de milliers, voire des centaines de milliers de logements pour être amortis.

Quand on en revient à nos quatre quartiers, quelques questions se posent :

Et d'abord le coût exorbitant : cet investissement ne sera pas amorti avant 25 ans ou 30 ans. Or, certains des professionnels des déchets expliquent qu'un tel projet ne doit pas coûter plus que l'équivalent de 8 ans de collecte par bennes. Au-delà de ce seuil, cela n'est pas intéressant. A cause de cela, plusieurs villes ont déjà renoncé à ce dispositif. Ainsi, dernièrement la ville de Boulogne Billancourt, qui devait se lancer dans un projet de même nature, vient de l'abandonner en raison de son coût trop élevé. Pourtant le contrat qui lui avait été proposé était bien moins coûteux que celui de Vitry.

Autre point, l'augmentation de la taxe d’ordures ménagères qui bien qu'étant parmi les plus faibles du val de Marne n'en serait pas moins augmentée de façon non négligeable : 5% par an sur 9 années, cela fait au total 60% d'augmentation. Et combien après ?

Troisième point, il concerne l'enjeu du recyclage dans le domaine des déchets, peu pris en compte par le projet. Il faudrait mettre en pratique de façon plus importante le "trier mieux et réutiliser". La France recycle 33% alors que l'Allemagne en est à 65%. Ne serait-ce pas plutôt dans ce domaine que la ville devrait orienter essentiellement ses investissements ?

En quatrième point, nous craignons que ce projet n'aille pas dans le sens de la diminution des déchets, alors que cela devrait être l'enjeu principal pour tout projet concernant les déchets ménagers. Enterrer les déchets c'est les rendre invisibles et les utilisateurs ne se rendront plus aucun compte des volumes. C'est un peu comme en revenir au vide-ordures à l'échelle des quartiers en question.

Cinquième point, les camions et les dépenses d'énergie : même si les déchets seront compactés, il restera quand même pas mal de camions qui partiront en plus tous du même endroit, je ne suis pas sûr que les riverains apprécient. De plus, les commentaires réalisés par la commission d'appel d'offres stipule que la dépense en électricité sera conséquente, ce qui ne peut qu'inquiéter.

Autre point, concernant l'emploi, ce projet aura-t-il pour effet de diminuer encore des emplois en automatisant ? Il semble que les entreprises Veolia et Suez qui promeuvent ce projet se vantent de la rentabilité maximale que cela leur procure en limitant les emplois.

Par ailleurs, à la place d'un budget aussi important, on peut imaginer tout ce qu'il serait possible de faire avec une telle somme et en premier lieu, trouver des idées moins coûteuses pour diminuer les nuisances des ordures ménagères dans ces quartiers. Par exemple à Orly, un nouveau système de containers enterrés dans les quartiers de l'ANRU pour diminuer les nuisances des ordures semble être efficace et beaucoup moins couteux.

Mais aussi dans d'autres domaines, cet argent permettrait de développer les pistes cyclables, construire des garages à vélo dans les gares, créer une salle pour les fêtes de familles...

Pour finir, il serait peut être intéressant de porter un débat contradictoire à l'échelle de la ville quand il s'agit de tels investissement.

C'est pourquoi en l'état de la discussion et de nos informations, nous nous apprêtons à voter contre cette autorisation.

Commentaires

  1. 12 septembre 2011, 22:00 par bertrand POTIER


    C'est bien dit!
    http://bertrandpotier.hautetfort.com/collecte-pneumatique-des-ordures-menageres/

  2. 20 septembre 2011, 11:31 par Claude ZELLNER

    Khaled pose les vraies questions lièes notament aux ratio Coût/Résultat pour la population

    La nécessité d'un débat contradictoire au niveau de la ville sur le sujet m'apparait essentiel .
    En état actuel des choses je m'opposerais également au projet.

    Claude ZELLNER

  3. 21 septembre 2011, 17:10 par JMT

    Quand je suivais les cours de mon DEA de géographie urbaine à Lyon en 1975-76, les villes nouvelles suédoises de la région de Stockholm avaient généralisé le broyeur d'évier pour toute la fraction fermentescible des ordures ménagères, ce qui sous-entendait de laver les emballages recyclés (je ne sais pas si papiers et cartons passaient au broyeur ou pas) qui pouvaient ainsi être stockés quelques jours et triés. Les déchets broyés cela arrivaient à la station de traitement qui avait ainsi une grosse biomasse générant beaucoup de biogaz.
    L'augmentation d'eau utilisée pour laver servait aussi à assurer un débit suffisant.
    Cela nécessite un certain surdimensionnement du réseau mais ce n'est pas rédhibitoire, ce qui coute chez dans n'importe quel réseau ce sont les tranchées, la signalisation des travaux, la gêne aux usagers et les ouvrages.

    JMT

  4. 21 septembre 2011, 18:54 par Nadia sabrina Marie

    En parcourant la littérature, traitant ce sujet, je doutes de la probité d'un tel système surtout la façon dont il serai mit en oeuvre, sur notre commune, un cout exorbitant pour un résultat ténu, en dehors d'etre un plan com, celui-ci ne serai pas le projet le plus judicieux, un nombre restreint d'habitant serai concerné.

    Combien de projets resteront dans les cartons ou seront repoussé, de ce fait qui eux concerneraient un nombre plus grand d'administrés.

    Lorque l'on a reçu un mandat de ses concitoyens, c'est un point avec lequel on ne peut transigé,

    Le bien commun l'amélioration des conditions de vie du plus grand nombre, devrai etre l'optique principal.

  5. 26 septembre 2011, 17:01 par Jean-Claude Coquet

    Bonjour,

    Un investissement de 32 millions d'euros pour une pompe à merde?!! Moi j'aurais intitulé l'article "Pompe à merde, pompe à fric"...C'est pas de moi, c'est comme ça que les gens appellent cette pompe à Romainville...

    Elle a bon dos l'écologie!!!

    Moi, ce n'est même pas la prétention soi-disant écologique de ce projet qui me mets en rogne, c'est surtout l'absence de vrai débat et une véritable concertation publique sur un sujet qui va durablement modifier nos rapports non seulement au déchet, mais aussi aux ressources naturelles que cela va lourdement nécessiter. Car oui il ne faut pas voir la question des déchets par la seule lorgnette des déchets, mais en regard des ressources que l’on met dans la balance (avons-nous pensé au coût écologique pour la fabrication et le fonctionnement de ce dispositif ?) Et là, je crains que les 32 millions soient juste le prix du ticket d’entrée qui ne prend pas en compte le coût écologique et social de ce bazar…Eh oui la raison écologique ne saurait se réduire a du vernis que certains tentent d’étaler sur leur petites politiques…

    Si nos élus souhaitent réellement faire de l’écologie un levier pour le social dans notre ville, il y a tellement tellement à faire. Je ne citerais qu’un exemple : l’isolation des bâtiments. C’est imparable. Socialement et écologiquement. De l’emploi peu qualifié à créer et une réduction nette de pour réduire la facture énergétiques des plus pauvres. Au lieu de quoi, on fout de l’argent dans une usine à gaz dont on sait même si l’utilisation va être respectée…

    A l’heure où des dizaines et des dizaines de collectivités se sont faites enfumées dans des emprunts toxiques à coup de bluff des banquiers, j’ai franchement peur que cette pompe à merde nous foute dedans…

    Cette fois on ne pourra pas dire "on ne savait pas". Un débat s'impose de suite. La raison écologique et le principe de précaution nous l'imposent à tous.

commentez cet article






*Champs obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.
Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaîtront pas tant que le modérateur ne les aura pas approuvés.