vignette jaques perreux

Militant du bien Commun.
Conseiller municipal (eelv) deVitry sur Seine.
Membre du groupe des élus de "la fabrique Vitry en mieux

Rendez-vous sans rendez-vous

  1. En mairie

    le 1er jeudi du mois à partir de 17h téléphoner au 01 46 82 84 56.

  2. Dans les quartiers

    • Centre quartier Fabien
    2e jeudi du mois à partir de 18h

    • Galerie commerciale
    Simply (ex-Atac)
    3e jeudi du mois à partir de 18h

Carte blanche

  • les idéaux républicains sont devenus des armes de discrimination et de mépris

    par Jacques Rancière, Philosophe

    lire la suite

Vu ici et là

Sur le net

vignette Tous en Seine - le rapport
Télécharger le rapport

Tous en Seine - le rapport
(PDF, 1Mo)

Brutalité ou dialogue démocratique

Actualités mercredi 29 octobre 2014

Rémi Fraisse a perdu la vie à Sivens, tué d’une grenade offensive. Il manifestait tranquillement – peut-être pour la première fois – pour protéger la nature, pour contester un projet qu’il considérait inutile, nuisible, destructeur de la biodiversité qui était sa passion et le sujet de ses études.

Le rapport commandé par le Ministère de l’Environnement lui donne raison, et donne un peu plus encore de légitimité à tous ceux qui s’opposent au barrage.
Les initiateurs et les défenseurs politiques de celui-ci sont, quant à eux, dans la fébrilité, l’accélération, et l’usage immodéré de la force.

Au nom de l’intérêt général ?

Cette dramatique histoire n’est-elle pas le symptôme que la société est malade et bloquée ? Un peu partout, de tels projets sont décidés et réalisés toujours au nom de la modernité et de l’intérêt général, puis quelque temps après, parfois officiellement dénoncés ou abandonnés – voyez la fermeture de plusieurs aéroports de province, ou le rapport accablant de la Cour des comptes sur le TGV.
Un peu partout, des élus décident de projets, qui sont contestés tant les modes de décisions sont opaques et la concertation souvent bidon, tant ces élus et leurs experts sont persuadés de savoir mieux que tout le monde ce qu’est l’intérêt général.
Je vois autour de moi des projets souvent très coûteux, décidés sans aucun débat contradictoire, comme s’il n’y avait qu’une seule réponse possible à tel ou tel enjeu. Ici, à Vitry, un procédé de collecte pneumatique des déchets pour 35 millions d’euros, alors que ces sommes auraient pu être consacrées à des œuvres utiles, ainsi qu’à la collecte des fermentescibles. Là, sur la D5, le choix de telle technologie pour le tramway, entrainant la destruction de ce qui a été construit depuis 20 ans.
Là-bas, dans la Vallée des merveilles, la menace de l’abandon d’une ligne de train Tende-Vintimille-Nice pour économiser sa remise en état pour quelques millions d’euros, tandis que persiste le projet TGV Paris-Turin de plusieurs milliards d’euros. Et il faudrait parler de Notre Dame des Landes et tous les projets inutiles grands et petits, mais aussi de la réduction arbitraire des dépenses publiques, etc…

Pas de potion magique…

Pourtant, le jour où un élu est désigné par le suffrage universel, il ne tombe pas dans une potion magique qui le fait dépositaire de ce qu’est l’intérêt général. L’intérêt général n’est pas quelque chose de scientifique. Il n’existe que lorsqu’il se construit dans la confrontation des idées et des options. Il se construit par des modes de décision qui inclut les différences, de telle façon que le projet final corresponde mieux aux besoins, et que ceux qui sont en désaccord en reconnaissent la légitimité.
Dans une nouvelle république, les élus devraient d’abord être les animateurs de la vie démocratique.
Rémi Fraisse n’est pas seulement victime de la brutalité d’une grenade offensive, mais aussi de la violence d’une société où les décisions se prennent le plus souvent en dehors des citoyens qui la composent.

commentez cet article






*Champs obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.
Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaîtront pas tant que le modérateur ne les aura pas approuvés.