vignette jaques perreux

Militant du bien Commun.
Conseiller municipal (eelv) deVitry sur Seine.
Membre du groupe des élus de "la fabrique Vitry en mieux

Rendez-vous sans rendez-vous

  1. En mairie

    le 1er jeudi du mois à partir de 17h téléphoner au 01 46 82 84 56.

  2. Dans les quartiers

    • Centre quartier Fabien
    2e jeudi du mois à partir de 18h

    • Galerie commerciale
    Simply (ex-Atac)
    3e jeudi du mois à partir de 18h

Carte blanche

  • les idéaux républicains sont devenus des armes de discrimination et de mépris

    par Jacques Rancière, Philosophe

    lire la suite

Vu ici et là

Sur le net

vignette Tous en Seine - le rapport
Télécharger le rapport

Tous en Seine - le rapport
(PDF, 1Mo)

Des maraîchers bio sur la Plaine des Bordes !

Actualités mardi 21 octobre 2014

Le Conseil général, dans sa séance du 20 octobre, a délibéré pour mettre en œuvre un projet sur la Plaine des Bordes (44 ha au sud-est du département). Le projet : l’installation d’un groupement de maraîchers (Val Bio Île-de-France) sur 8 ha avec 35 emplois d’insertion à la clef. Voici l’intervention que j’ai faite, au nom de notre groupe.

« Monsieur le Président, chers collègues,
ce projet a une haute valeur symbolique. En tant qu’élu écologiste, nous l’avons souhaité, nous nous sommes mobilisés avec les militants associatifs pour préserver la vocation agricole de cet espace. C’est comme pour la réouverture de la Bièvre. Ce sont des militants associatifs, des écologistes qui, longtemps seuls et considérés comme des illuminés, ont attiré l’attention sur la nécessité impérative de protéger l’eau, la biodiversité, les sols, l’agriculture comme autant d’éléments indispensables à la vie.

Une haute valeur symbolique

Il y a quelques mois encore, notre groupe relayait les demandes des associations et insistait pour que dans la charte de la Plaine des Bordes, on ne parle pas de promouvoir l’agriculture raisonnée (terme si cher à la FNSEA), mais l’agriculture biologique. Et bien aujourd’hui, par notre vote, nous allons décider d’installer des maraîchers 100 % bio. Nous allons expérimenter à une échelle significative en milieu urbain, une autre façon de concevoir une agriculture respectueuse de l’environnement pour produire une alimentation saine, c’est-à-dire, du bien-être, du bien-manger et une bonne santé.

Merci aux militants "historiques"...

Vous comprendrez, monsieur le Président et chers collègues, que je tienne à remercier les militants « historiques » et aussi les plus récents, pour leur travail d’alerte et leur détermination.
Ce projet a aussi le mérite de crédibiliser le SDRIF, schéma d’aménagement de l’Île-de-France, qui nous fixe le double objectif de stopper le grignotage des terres agricoles et de reconquérir la souveraineté alimentaire. Je sais que cette reconquête fait parfois sourire ou rire. C’est un combat de longue haleine. 50 % de la surface de notre région est agricole. Nous devons la protéger et aider sa mutation en production maraîchère, fruitière et en élevage. C’est avec cette reconquête volontariste que nous resterons en dessous des 2°C de réchauffement climatique, parce que nous aurons développé les circuits courts du champ à l’assiette, au lieu des 1500 kms que nos aliments quotidiens parcourent en moyenne.

Un combat de longue haleine

Oui, c’est un combat, puisqu’à 30 ou 40 km d’ici, à Gonesse, il est question d’implanter le plus grand centre commercial d’Europe, avec un parc des neiges sur 300 ha de terres agricoles. Le premier ministre, Manuel Valls, nous a dit la semaine dernière à Créteil, à quel point ce projet Europa City était emblématique de la future métropole. J'étais invité il y a quelques jours aux mobilisations organisées par Alternatiba pour s’opposer à ce projet pharaonique. Un beau succès que ces débats dans les champs de betteraves ! Le lendemain, le Conseil général de la Seine Saint-Denis adoptait un vœu porté par les écologistes contre Europa City.
Oui, vous le voyez, chers collègues, la valorisation de la Plaine des Bordes s’inscrit dans un combat d’avenir.

Un centre équestre qui suscite des inquiétudes

Mais cette délibération évoque en deux ou trois lignes un autre projet, celui d’installer un centre équestre. Ce projet suscite de l’inquiétude, d’autant plus qu’il n’y a pas eu de concertation comme cela doit être la règle. Pas d’information sur la taille des bâtiments sur 1 ha, sur le nombre de chevaux, sur le nombre de places de stationnement. De plus, ce projet est placé sur le secteur qui a la plus forte valeur écologique de ce site classé ZNIEFF, deux grandes mares avec des espèces protégées d’amphibiens, de reptiles, de chiroptères… Dans l’état actuel de cette non-concertation, les élus écologistes émettent de grandes réserves sur ce projet comme je l’ai fait en commission. »

En réponse à mon intervention, le Président du Conseil général a alors annoncé qu’il entendait la nécessité de reprendre la concertation sur ce sujet, ce dont a pris acte Daniel Breuiller, président de notre groupe.

Commentaires

  1. 22 octobre 2014, 09:08 par Lindala

    Bravo pour ce beau projet qui va être réalisé sur la Plaine des Bordes. Et pourquoi ne pas réserver des ha supplémentaires sur les 44 - 8, pour un verger bio?

  2. 23 octobre 2014, 11:27 par catherine casel

    Une bonne nouvelle çà fait du bien
    Merci pour nous

  3. 03 novembre 2014, 12:24 par ALAIN NICAISE

    comment peux t on écrire que le projet élevage de poneys et poneys club n a pas fait l objet de concertation alors que cette question est débattu depuis plus de trois ans avec les acteurs du site .
    Comment peux t on écrire que les zones d intérêt écologiques ne sont pas prises en compte alors que la DEVP ,dans son zonage et ces actions a constament priorisé cet axe .
    peut etre parce que c'est difficile de faire de la politique autrement et que sans cesse il faut rassurer son camp et lui donner des gages .

  4. 04 novembre 2014, 09:17 par Jacques Perreux

    Cher Alain,
    relayer les inquiétudes et demander que la concertation n'oublie aucun acteur, c'est précisément faire de la politique différemment de ceux qui prétendent tout savoir et décider à la place des citoyens. Je m'y efforce. Et le Président C. Favier semble y être sensible.

commentez cet article






*Champs obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.
Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaîtront pas tant que le modérateur ne les aura pas approuvés.