vignette jaques perreux

Militant du bien Commun.
Conseiller municipal (eelv) deVitry sur Seine.
Membre du groupe des élus de "la fabrique Vitry en mieux

Rendez-vous sans rendez-vous

  1. En mairie

    le 1er jeudi du mois à partir de 17h téléphoner au 01 46 82 84 56.

  2. Dans les quartiers

    • Centre quartier Fabien
    2e jeudi du mois à partir de 18h

    • Galerie commerciale
    Simply (ex-Atac)
    3e jeudi du mois à partir de 18h

Carte blanche

  • les idéaux républicains sont devenus des armes de discrimination et de mépris

    par Jacques Rancière, Philosophe

    lire la suite

Vu ici et là

Sur le net

vignette Tous en Seine - le rapport
Télécharger le rapport

Tous en Seine - le rapport
(PDF, 1Mo)

Du pétrole dans le Val-de-Marne ? Non merci !

Actualités lundi 13 février 2012

C’est le Parisien qui le révélait jeudi dans son édition val-de-marnaise : le minsitère de l’environnement a accordé en catimini douze permis de recherches d’hydrocarbures à différentes compagnies pétrolières. L’un d’entre eux, dit de Chevry, concerne directement le Val-de-Marne, puisqu’il comprend un petit tiers est du département – (Chennevières, Sucy, Champigny, Santeny…).

De précédentes recherches avaient été menées dans les années 50, un forage ayant même été réalisé dans les années 80. Mais les ingénieurs espèrent que les nouvelles technologies leur offriront plus de succès.

Ce permis de recherche pose question. D’abord, est-il indispensable d’exploiter dès aujourd’hui jusqu’à la dernière goutte du pétrole piégé dans notre sous-sol ? J’en suis convaincu, nous pouvons entamer une transition énergétique pour nous passer, à terme des énergies fossiles. Mais le pétrole est indispensable, par exemple, à la production de certains médicaments. Ne serait-il pas de bonne politique d’en laisser un peu aux générations futures – et d’investir plutôt, aujourd’hui, dans les renouvelables et les économies d’énergie ?

En outre, les éventuels forages seront, nécessairement, sources de nuisance. Or, le secteur concerné compte à la fois des zones très densément urbanisées, des terres agricoles qu’il est important de préserver, et une forêt domaniale.

C’est aussi la méthode qui est inacceptable. Les collectivités, pas plus que les citoyens, n’ont été consultés ni informés. Je défends, avec les élus de mon groupe au Conseil Général, l’idée d’un droit d’alerte et d’expertise citoyen. C’est pourquoi j’ai écrit au Président du Conseil Général, Christian Favier, pour lui proposer que la commission environnement et développement durable du Conseil Général auditionne les porteurs du projet, et de saisir de ce dossier pour mettre en place ce droit d’alerte. L’occasion de porter haut la voix du Val-de-Marne auprès du Ministère !

Enfin, c’est l’ombre du gaz et du pétrole de schiste qui plane sur cette affaire. Le permis de recherche exclut la technique de la fracturation hydraulique, puisqu’elle a été interdite par la loi, suite à une mobilisation citoyenne intense. Mais les industriels n’ont pas baissé les armes, et font toujours pression pour une modification de la législation. Avec ces permis, ils seront opérationnels plus rapidement s’ils obtiennent gain de cause. Je vous invite à signer la pétition lancée par la section seine-et-marnaise de France Nature Environnement.

commentez cet article






*Champs obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.
Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaîtront pas tant que le modérateur ne les aura pas approuvés.