vignette jaques perreux

Militant du bien Commun.
Conseiller municipal (eelv) deVitry sur Seine.
Membre du groupe des élus de "la fabrique Vitry en mieux

Rendez-vous sans rendez-vous

  1. En mairie

    le 1er jeudi du mois à partir de 17h téléphoner au 01 46 82 84 56.

  2. Dans les quartiers

    • Centre quartier Fabien
    2e jeudi du mois à partir de 18h

    • Galerie commerciale
    Simply (ex-Atac)
    3e jeudi du mois à partir de 18h

Carte blanche

  • les idéaux républicains sont devenus des armes de discrimination et de mépris

    par Jacques Rancière, Philosophe

    lire la suite

Vu ici et là

Sur le net

vignette Tous en Seine - le rapport
Télécharger le rapport

Tous en Seine - le rapport
(PDF, 1Mo)

Grand Paris Express : un accord précipité, la concertation doit être prolongée

Actualités lundi 31 janvier 2011

Dans une agglomération de onze millions d’habitants, fruit d’un urbanisme mal maîtrisé qui s’est traduit en particulier par un étalement urbain excessif, il est aujourd’hui nécessaire de passer un nouveau cap pour les transports collectifs.

En effet, si les liaisons vers Paris notamment avec les RER ont fait l’objet d’efforts soutenus, il y a quelques décennies, très peu de réalisations sont intervenues depuis pour assurer les liaisons inter-banlieue alors que celles-ci accueillent désormais près de 80% de la population de l’agglomération.

Si pour aller de Paris à Paris les voyageurs utilisent les transports collectifs dans plus de 60% des cas, cette part n’est que de vingt pour cent pour les déplacements au sein de la petite couronne et c’est encore pire en grande couronne.

Cette situation génère de la fatigue, du stress, du temps perdu que l’on pourrait consacrer à ceux que l’on aime, à se détendre, à se cultiver. Elle pénalise les activités économiques. Elle produit une pollution dangereuse pour la santé et contribue au dérèglement climatique.

D'orbival à Arc Express...

C’est ce qui a conduit le Conseil général du Val de Marne à avancer l’idée d’un métro pour la banlieue, à élaborer son projet Orbival qui depuis est devenu un projet régional appelé « Arc Express ».

L’idée de ce métro inter-banlieue faisant son chemin, l’Etat, à son tour, a présenté un autre projet, pensé d’abord pour servir les grands pôles d’affaires, sans prise en compte des besoins de déplacement des franciliens et des besoins d’aménagement et d’équipement de nombreux territoires jusqu’ici abandonnés. Autrement dit un projet, appelé « Grand Paris » ou « projet Sarkozy » qui reproduisait les inégalités spatiales qu’un ministre et une Société du Grand Paris (SGP), nommé et créée à cet effet, étaient sensés mettre en œuvre.

Des points positifs

La résistance des élus locaux, la mobilisation de la population - exceptionnelle en Val de Marne autour d’Orbival - qui a participé massivement aux débats publics prévus dans le cadre des grands projets d’aménagement, a permis de faire bouger sensiblement les lignes. De notre côté, en tant qu’élus Régionaux d’Europe Ecologie-les Verts, nous avons agi pour faire en sorte qu’un accord Etat-Région se réalise. Un accord, oui ! Mais un accord ambitieux desservant finement les territoires et prenant en compte l’exigence de mesures immédiates pour améliorer la régularité, le confort, des transports existants.

C’est alors, dans la précipitation, qu’un accord entre Jean Paul Huchon, Président du Conseil régional et Maurice Leroy, ministre de la ville chargé du Grand Paris a été signé et rendu public. Précipitation parce que les débats publics ne sont pas terminés et l’enjeu trop important pour ne pas faire l’objet d’une nouvelle phase de concertation à partir de ces nouvelles propositions.

Bien-sûr cet accord contient des points positifs, concernant le tracé dans le Val de Marne - ainsi les deux stations Vitriotes, la prolongation de la ligne 14 sont retenus ou encore des territoires comme Clichy ou Sevran sont désenclavés.

L'absence de garanties

Mais les gares comme celles de Chevilly Larue/3 communes ou Val de Fontenay ne sont pas définitivement actées. Il manque aussi une gare de correspondance avec la branche Orly du RER C.

L’avenir du plateau de Saclay n’est pas réglé, alors qu’il faut en protéger la vocation agricole. Si la mobilisation a fait reculer le projet d’infrastructure lourde, l’aménagement de ce vaste territoire est confié à la SGP qui aura les mains libres pour promouvoir l’urbanisation incontrôlée du projet pharaonique de Nicolas Sarkozy.

Tout cela nous intéresse parce que nous ne sommes pas seulement des Vitriots, mais des Franciliens qui avons nos emplois, nos amis, nos centres d’intérêts dans ces villes.

Un recul considérable de la décentralisation

En consacrant le Grand Paris Express et la loi Grand Paris, la Région accepte de fait que la compétence transport soit reprise en main par l’Etat, à travers un établissement gouverné sans les élus(es) locaux. C’est pourquoi les écologistes demandent la dissolution de la SGP et le transfert de ses prérogatives au Syndicat des Transports d’Ile de France (STIF) que dirige la Région. Le volet financement de cet accord suscite également les plus grandes réserves car les engagements de l’Etat ne sont pas garantis, alors que même le rapporteur UMP Gilles Carrez l’avait demandé. C’est notamment le cas concernant l’augmentation du Versement Transport des entreprises permettant notamment de financer le Pass Navigo unique à 70 €, la TIPP ou les inscriptions dans la Loi de Finance 2012. Enfin le financement de ce projet ne doit pas s’opposer à la rénovation urgente et immédiate des moyens de transport en commun déjà existants.

L’accord rendu public n’est donc pas acceptable.

Les gens qui se sont mobilisés dans les débats publics ne doivent pas être dépossédés des décisions finales. Celles-ci ne peuvent pas être l’affaire de quelques uns.

Il y a donc besoin, avant toute chose, d’une nouvelle phase de concertation. En effet, plus il y aura de concertation, plus les gens seront bien entendus, meilleurs en seront les décisions.

L’enjeu de la qualité de la vie quotidienne et de l’aménagement de la Région parisienne le valent bien !

Commentaires

  1. 02 février 2011, 14:00 par bibi

    Monsieur,
    Je viens vers vous car je suis logé par la SEMISE (qui appartient à la ville de Vitry), avenue Henri Barbusse, et très clairement, la direction de la SEMISE a pris une route qui devient insupportable, en 2010, 34% d'augmentation des charges, et cette année au moins 15 Euros, malgré toutes les lettres que j'ai envoyé aucune réponse, pourroez-vous faire une enquête, car nosu atteignons les prix du privé, et le Maire a l'air content de lui, est-ce cela une ville communiste? Par ailleurs, il se dit que nous payons cher car la direction a des problèmes de trésorerie.
    Je compte sur vous

commentez cet article






*Champs obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.
Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaîtront pas tant que le modérateur ne les aura pas approuvés.