vignette jaques perreux

Militant du bien Commun.
Conseiller municipal (eelv) deVitry sur Seine.
Membre du groupe des élus de "la fabrique Vitry en mieux

Rendez-vous sans rendez-vous

  1. En mairie

    le 1er jeudi du mois à partir de 17h téléphoner au 01 46 82 84 56.

  2. Dans les quartiers

    • Centre quartier Fabien
    2e jeudi du mois à partir de 18h

    • Galerie commerciale
    Simply (ex-Atac)
    3e jeudi du mois à partir de 18h

Carte blanche

  • les idéaux républicains sont devenus des armes de discrimination et de mépris

    par Jacques Rancière, Philosophe

    lire la suite

Vu ici et là

Sur le net

vignette Tous en Seine - le rapport
Télécharger le rapport

Tous en Seine - le rapport
(PDF, 1Mo)

Les Vitriots veulent prendre le train, pas le regarder passer !

Actualités jeudi 24 novembre 2011

Un train tous les 1/4 d'heure pour une ville de 80 000 habitants. C'est bien trop peu !

Notre ville de Vitry est desservie, sur ses deux gares (les Ardoines et Vitry centre), par le RER C, géré par la SNCF. Avec ses 187 kilomètres, le RERC est la plus longue ligne d’Ile-de-France.

Les Vitriots voient tous les jours de nombreux trains passer dans leurs gares, puisque la ville est sur le trajet des trains qui se dirigent d’un côté vers Paris et Versailles, de l’autre vers Massy, Saint-Martin d’Etampes, et Dourdan-la-Forêt. Mais la plupart ne s’y arrête pas !

En effet, même aux heures de pointes, c’est un maximum d’un train tous les ¼ h que les usagers des deux gares de Vitry peuvent emprunter – sans compter que les trains, souvent archi-bondés, souffrent de nombreuses perturbations. Pour une ville de 80 000 habitants, dont beaucoup de salariés, et qui accueille de nombreux emplois, c’est très insuffisant. Pourtant les Vitriots paient leurs abonnements aussi cher que les habitants des communes mieux desservies. Ils ont le droit à un service public de qualité !

Il y a une opportunité pour réparer cette injustice : la SNCF mène actuellement une révision des horaires de ses trains franciliens. Elle prévoit notamment, pour régulation, un arrêt des trains en direction de Paris de 2 à 3 minutes. Plutôt qu’en rase campagne, nous sommes nombreux à souhaiter que cet arrêt se fasse dans les gares de Vitry et d’Ivry.

C’est une question de justice et d’équité. J’interviens en ce sens auprès de mon collègue au Conseil Régional en charge des transports. Je continuerai à agir avec vous pour obtenir cette amélioration indispensable. Joignons nos forces en signant la pétition hébergée sur le site internet de la mairie de Vitry. Cela vous prendra moins de temps qu’il n’en faut à un train pour s’arrêter à Vitry !

Commentaires

  1. 28 novembre 2011, 12:28 par LORTHIOIS Jacqueline

    J'anime la commission Aménagement du Territoire EELV-Ile de France
    Le meilleur transport est encore celui qu'on évite ! La reconversion du pôle d'emploi de Vitry, jadis grand pôle industriel du Sud-est parisien vers du tertiaire a eu pour conséquence de dissocier la ville de Vitry. On a d'un côté des habitants positionnés sur des métiers ouvriers et employés obligés de quitter leur commune pour aller travailler, et de l'autre des activités tertiaires attirant une main-d'oeuvre extérieure.
    La question de la relocalisation d'emplois de proximité correspondant aux savoir-faire et aux compétences des actifs est une priorité pour pouvoir décharger la ligne C du RER en voie de saturation. Il n'y a aucune raison pour que aller à pied soit un luxe de bobos parisiens intra-muros (30% des déplacements) ou des cadres supérieurs de Neuilly qui traversent la Seine pour se rendre à la Défense.
    Qu'on se réfère à ce qu'est devenu le pôle de Saint-Denis : une ville riche habitée par une population pauvre et chaque matin deux énormes flux croisés de travailleurs, avec les encombrements, galère des transports, temps perdu et fatigue qui vont avec. En une quinzaine d'années, on est passés de 60% d'actifs travaillant dans leur bassin d'emploi à 30%... Il est impératif de repenser la politique d'implantation d'activités sur le territoire de Vitry pour que le même scénario ne se reproduise pas. Le territoire est un patrimoine collectif qui ne doit pas être au service de grands groupes qui font des juteuses opérations immobilières, sans aucune prise en compte des besoins locaux.
    Jacqueline Lorthiois

commentez cet article






*Champs obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.
Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaîtront pas tant que le modérateur ne les aura pas approuvés.