vignette jaques perreux

Militant du bien Commun.
Conseiller municipal (eelv) deVitry sur Seine.
Membre du groupe des élus de "la fabrique Vitry en mieux

Rendez-vous sans rendez-vous

  1. En mairie

    le 1er jeudi du mois à partir de 17h téléphoner au 01 46 82 84 56.

  2. Dans les quartiers

    • Centre quartier Fabien
    2e jeudi du mois à partir de 18h

    • Galerie commerciale
    Simply (ex-Atac)
    3e jeudi du mois à partir de 18h

Carte blanche

  • les idéaux républicains sont devenus des armes de discrimination et de mépris

    par Jacques Rancière, Philosophe

    lire la suite

Vu ici et là

Sur le net

vignette Tous en Seine - le rapport
Télécharger le rapport

Tous en Seine - le rapport
(PDF, 1Mo)

Permis de recherche d’hydrocarbure dans le Val-de-Marne : anguille sous roche

Actualités mercredi 28 mars 2012

La commission « Environnement » du Conseil Général, que je préside, a auditionné hier matin les représentants des services de l’Etat chargés de l’instruction du permis de recherche d’hydrocarbure dit « de Chevry », qui concerne une partie du territoire du Val-de-Marne.

Dominique Jourdain, qui représentait les collectifs de lutte contre les gaz de schiste, a également participé aux travaux de la commission.

Comme cela a été reconnu au cours de l’audition, les recherches d’hydrocarbures conventionnels et les forages qui pourraient en découler permettraient également d’identifier les réserves d’hydrocarbure de schiste.

Dans le département voisin, la délivrance d’un permis de même type que celui de Chevry s’est traduit la construction d’une centaine de puits de pétrole conventionnel, sur une douzaine de plates-formes.

Les hydrocarbures de schiste ne peuvent être exploités que par la technique de la fracturation hydraulique – c’est à dire l’injection à haute pression d’eau, de sable, et de nombreux produits chimiques sur la roche dans la quelle sont « capturés » les hydrocarbures. Cette technique entraîne de gravissimes pollutions, notamment de l’eau. A l’issue d’un vif débat public, imposé par la société civile mobilisée, la fracturation hydraulique a été interdite par une loi de juillet 2011. Mais un rapport ministériel a récemment recommandé l’autorisation de forages « scientifiques » utilisant cette technique.

Profondément anachronique, le code minier français néglige profondément la concertation avec les collectivités locales et l’information du public. La mobilisation des élus locaux et de la société civile doit pallier cette insuffisance, et permettre de faire prévaloir une gestion durable du bien commun que constitue notre sous-sol. Nous ne laisserons pas défigurer nos paysages et polluer notre eau pour le profit de quelques compagnies privées !

commentez cet article






*Champs obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.
Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaîtront pas tant que le modérateur ne les aura pas approuvés.