vignette jaques perreux

Militant du bien Commun.
Conseiller municipal (eelv) deVitry sur Seine.
Membre du groupe des élus de "la fabrique Vitry en mieux

Rendez-vous sans rendez-vous

  1. En mairie

    le 1er jeudi du mois à partir de 17h téléphoner au 01 46 82 84 56.

  2. Dans les quartiers

    • Centre quartier Fabien
    2e jeudi du mois à partir de 18h

    • Galerie commerciale
    Simply (ex-Atac)
    3e jeudi du mois à partir de 18h

Carte blanche

  • les idéaux républicains sont devenus des armes de discrimination et de mépris

    par Jacques Rancière, Philosophe

    lire la suite

Vu ici et là

Sur le net

vignette Tous en Seine - le rapport
Télécharger le rapport

Tous en Seine - le rapport
(PDF, 1Mo)

Naissance de la SEM "Energies Posit'if" : AAA sur le respect de nos engagements

Actualités mercredi 23 novembre 2011

C'était l'un de nos engagements de campagne : lors de la dernière séance du Conseil Régional, nous avons voté la création d'une société d'économie mixte (SEM) destinée à financer les économies d'énergie et le développement des renouvelables.

Très impliqué dans ce dossier, je suis intervenu en séance au nom du groupe EELV. Voici le texte de ma décalaration :

Monsieur le Président, Madame la Vice Présidente, mes chers collègues,

Ce que, les uns et les autres, nous allons dire dans ce débat va, c’est sûr, donner du sens à la décision de créer cette SEM. Peut-être ne serons-nous pas tous d’accord.

Le sens de l’action publique, de la politique, nous en avons besoin. Dans cette période de bouleversements, de confusion, nos concitoyens en ont absolument besoin pour donner sens à leur vie et mieux vivre ensemble.

Et pournous, le sens, c’est d’abord celui d’un engagement pris devant les Franciliens et les Franciliennes qui est respecté.

Si il y avait une agence citoyenne de notation chargée d’évaluer les politiques en fonction du respect des engagements, nous recevrions à coup sur un triple A. Et ces 3A là sont bien plus importants pour la solidité de notre société et son avenir que les 3A des agences de notation financières.

L’histoire de cette décision c’est celle du débat avec les habitants lors des dernières élections régionales puis celle des négociations entre le PS et EELV qui a fait de la SEM un engagement commun. C’est aussi celle de la large victoire électorale de notre majorité et du travail déterminé conduit par Hélène GASSIN.

Oui, prendre des engagements, avoir la franchise et l’honnêteté de les rendre visibles, les soumettre au suffrage universel et les respecter, cela s’appelle la démocratie. Sans doute ne mesurons-nous pas assez ce que les pratiques inverses sèment comme souffrance, révolte, et le sentiment qu’on nombre de nos concitoyens d’être floués, abandonnés.

Le sens de cette décision c’est d’accroitre la maitrise publique sur des biens communs

Energies, ressources communes comme l’eau… Nous devons prendre soin de ces richesses, pour nous et pour les générations à venir. Nous devons inventer des modèles de gestion nouveaux de ces biens communs, les économiser, et ne pas laisser le marché en faire des marchandises comme les autres et les gaspiller jusqu’à épuisement.

Si la SEM ne gérera pas directement l’énergie produite par les projets d’ENR qu’elle contribuera à faire émerger, c’est tout de même un premier pas vers l’invention de ce nouveau modèle.

Avec cette SEM, nous redonnons la main à la maîtrise publique sur des enjeux où elle a eu tendance ces dernières décennies à déléguer ses responsabilités ou à s’effacer, voire à se soumettre à des lobbying égoïstes.

Les partenaires qui nous accompagnent dans cette aventure sont des collectivités, des syndicats, des banques mutualistes, pour qui l’intérêt général est une priorité. Ce n’est pas un hasard si nous avons exclu d’emblée les grands groupes (comme les énergéticiens) du tour de table, même si cela a rendu notre tache plus ardue. Nous n’en sommes que plus fiers aujourd'hui.

Le sens de cette décision c’est d’organiser concrètement la transition énergétique sur notre territoire.

La meilleure des énergies c’est d’abord celle que l’on ne consomme pas et donc que l’on ne produit pas. Ce volet est couvert par la dimension « rénovation énergétique des bâtiments ».

Mais la transition énergétique c’est aussi la promotion des énergies renouvelables, dont le potentiel est énorme sur notre territoire. Ce sont celles qui ne génèrent pas de dérèglement climatique et qui écartent les dangers inhérents à l’énergie nucléaire. Oui, c’est mille fois plus raisonnable et sage d’investir dans la géothermie, la cogénération bois, l’éolien, le solaire…que dans l’EPR.

Le sens de cette décision c’est aussi d’innover, pour apporter des réponses de justice sociale aux urgences climatiques.

L’arrivée de l’hiver nous rappelle une réalité insupportable : en France, des millions de personnes sont exclues d’un droit fondamental, celui d’accéder à l’énergie et pouvoir se chauffer.

Dans notre région, 330 000 ménages sont en situation de précarité énergétique et souffrent souvent du froid et de l’humidité. Comme chacun ici, dans mes permanences je reçois de plus en plus de personnes qui viennent avec des factures de gaz et d’électricité astronomiques. Souvent leurs factures pour un 2 pièces dans une co-propriété très mal isolée est plus importante que ma propre facture lorsque j’étais dans un F4 en logement social ou aujourd’hui en pavillon.

C’est pour cela que nous avons le devoir d’inventer des solutions nouvelles pour répondre à cet impératif social, économique et environnemental.

L’urgence c’est de rénover des millions de mètres carrés de « bâtiments passoires ». Rappelons que le secteur du bâti est le second émetteur d’émissions de gaz à effet de serre dans notre région.

La SEM permettra d’engager cette rénovation énergétique pour toute une catégorie de bâtiments pour lesquels aucune intervention publique efficace n’existe aujourd’hui. Notre SEM viendra compenser l’insuffisance de l’initiative privée, en permettant aux maîtres d’ouvrages du logement collectif d’engager des rénovations énergétiques ambitieuses, compatibles avec l’atteinte du « facteur 4 », en apportant le financement et la coordination technique des travaux qui manque cruellement. La grande originalité vertueuse de la SEM, c’est qu’elle rémunèrera directement sur les économies d’énergie.

Elle aidera également les collectivités à rénover leurs propres patrimoines en les conseillant, voire en offrant une maitrise d’ouvrage déléguée.

Il faudra certainement un peu de temps pour que cette nouvelle structure trouve sa vitesse de croisière. C’est normal, car nous inventons un nouveau modèle. Mais la confiance que nous font d’ores et déjà nos partenaires montre que nous sommes crédibles et que nous avons raison d’affirmer une grande ambition. Ainsi, d’ici à 5 ans, nous nous fixons l’objectif de rénover 140 000 m2 et de générer des investissements sur les Energies renouvelables à hauteur de 150 millions d’euros.

Le sens de cette décision enfin, c’est celle de la co-construction.

Depuis le début de la mandature, Hélène a fait de ce projet sa priorité. Elle a su associer toute la majorité et je dois vous dire que ce n’était pas forcément gagné d’avance, vu le niveau de technicité d’un tel projet. Mais petit a petit, au fil des très nombreuses réunions, nous nous sommes perfectionnés, les mécanismes de tiers financement n’ont plus de secrets pour nous, les fonctionnements des SEM, SPL ou GIE n’ont plus de mystères… Mais surtout, les groupes ont pu apporter leur pierre à ce bel édifice, faire entendre leurs priorités et vision de ce que devait être la société. Une dynamique inventive c’est progressivement installée, jusqu’au choix nom. Je me permets de prendre un peu de temps pour souligner cela, car cette méthode et l’écoute dont Hélène a su faire preuve y sont pour beaucoup dans ce succès. Je tiens également à remercier les services qui ont fait preuve de pédagogie pour donner aux élus toutes les cartes de compréhension des aspects juridiques, techniques et financiers parfois complexes.

Voilà, vous l’aurez compris, c’est avec fierté et enthousiasme que notre groupe votera en faveur de la création de la Société d’économie mixte « Energies POSIT’IF ».

Commentaires

  1. 24 novembre 2011, 15:06 par FrIT

    Très belle initiative. ENFIN !
    Reste maintenant à transformer l'essai. Je suis jeune diplômé dans l'énergétique du bâtiment et la construction passive.
    Quel rôle exact jouera la SEM concernant le suivi des projets? S'agit-il d'une véritable assistance à maitrise d’œuvre technique ?
    Dans ce cas je postule dès aujourd'hui pour un poste :)

  2. 24 novembre 2011, 18:52 par Jean-Christophe Pelletier

    Voilà effectivement une bonne nouvelle !

    Je crois me souvenir que le Conseil Général du Val-de-Marne avait promis quelque chose du même acabit. Qu'est-ce que le projet est devenu ?

  3. 25 novembre 2011, 17:14 par Jacques Perreux

    Le Président du Conseil Général, Christian FAVIER, a effectivement pris voici 4 ans l’engagement de créer une structure publique pour développer la géothermie. Dans notre département le potentiel de cette énergie renouvelable permettrait de chauffer l’équivalent de 150 000 logements.

    Depuis, des freins et des réticences sont apparus, tout le monde ne voit pas d’un bon œil la gestion publique des énergies renouvelables.

    Pour ma part, ayant été impliqué dans les deux projets, celui abouti de la Région et celui en panne au Département, je pense que sur cette question, comme sur bien d’autres, c’est d’abord une question de volonté politique et de rapport de force.

    Pour ce qui concerne la Région, suite à l’accord PS- EELV, cette proposition a figuré dans la profession de foi de la liste commune du deuxième tour. L’existence d’un groupe EELV de 51 membres a contribué positivement à ce que cet engagement soit tenu très rapidement.

    Nous ne sommes pas dans la même situation au plan départemental. Faut-il rappeler que le groupe EELV- Gauche Citoyenne a été exclu de l’exécutif ?

    Cela n’empêche évidemment pas notre groupe d’insister pour que cet engagement soit tenu. D’autant que la crise climatique, l’épuisement des énergies fossiles et leur enchérissement demandent de l’audace, mais aussi sans aucun doute la mobilisation des citoyens.

commentez cet article






*Champs obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.
Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaîtront pas tant que le modérateur ne les aura pas approuvés.