vignette jaques perreux

Militant du bien Commun.
Conseiller municipal (eelv) deVitry sur Seine.
Membre du groupe des élus de "la fabrique Vitry en mieux

Rendez-vous sans rendez-vous

  1. En mairie

    le 1er jeudi du mois à partir de 17h téléphoner au 01 46 82 84 56.

  2. Dans les quartiers

    • Centre quartier Fabien
    2e jeudi du mois à partir de 18h

    • Galerie commerciale
    Simply (ex-Atac)
    3e jeudi du mois à partir de 18h

Carte blanche

  • les idéaux républicains sont devenus des armes de discrimination et de mépris

    par Jacques Rancière, Philosophe

    lire la suite

Vu ici et là

Sur le net

vignette Tous en Seine - le rapport
Télécharger le rapport

Tous en Seine - le rapport
(PDF, 1Mo)

Soyons climato-optimistes !

Actualités vendredi 13 février 2015

  • Le Président Christian Favier ouvre la journée "Le Val-de-Marne en mouvement pour le Climat"

  • La climatologue du GIEC Valérie Masson-Delmotte présente les enjeux globaux du dérèglement climatique

  • Près de 250 personnes ont assisté à l'ensemble de la journée

  • La première table-ronde réunit experts de Negawatt, de la FNE et Vice-présidents du CG 94

  • Un mur est dédié aux commentaires et dessins ..................................................... des climato-optimistes !

  • L'exposition Sacrée croissance est ouverte à l'Hôtel du département jusqu'au 26 février de 9h à 16h

  • Quelques lanceuses d'avenir

Il soufflait comme une ambiance chaleureuse au Conseil général hier.

Avec le Président Favier, et la climatologue Valérie Masson-Delmotte, nous avons ouvert la grande journée « Le Val-de-Marne en mouvement pour le climat » devant une assistance nombreuse, qui l’est restée jusqu’à la clôture, pour écouter le message de Nicolas Hulot. Quand plus de 250 personnes agissant quotidiennement contre le dérèglement climatique se réunissent, qu’elles soient élues, collectivités locales, entreprises, associations, et qu’elles échangent sur leurs buts, leurs moyens, leurs initiatives, leurs projets, ça ne peut donner que du bon – et c’est ce qui s’est passé : avec l’animation intelligente et l’humour de Dennis Cheyssou, le succès était au rendez-vous !
.
Un mouvement citoyen à Sucy qui a pris la deuxième place en France dans les « Villes et territoires en transition » il y a 5 ans… Un maitre-composteur qui étend son empire… De jeunes ambassadeurs de la précarité énergétique dans leur quartier d’origine… Des chercheuses qui évoluent vers l’éducation à l’agriculture ou l’élevage de poules… Une rivière devenue égout qui réapparait renaturée… Une ressourcerie qui donne vie à une tonne et demie de déchets par jour, une cyclofficine, de l’auto-partage… tout cela aux côtés des gros projets , ligne 15 du métro, Téléval et géothermie et réseaux de chaleur.
Cette manifestation de la puissance de ces actions diversifiées montre que l’écologie n’est pas punitive, mais donne confiance. Les directions et les personnels départementaux se sont d’ailleurs emparés de l’urgence climatique comme le montrait leur participation à cette journée de mobilisation.
.
La mission que m’a confiée le Président Christian Favier est aussi de faire des recommandations pour l’année 2015 – cette belle mobilisation m’en inspire quatre.
1 - Je préconise une suite à cet événement, sous forme de gouvernance partagée avec les acteurs climatiques du Val-de-Marne, jusqu’au mois de décembre de Paris Climat 2015 : une sorte de club climat citoyen.
2 - Le Conseil général devrait accentuer sa bienveillance vis-à-vis des lanceuses et lanceurs d’avenir – c’est ainsi que Marie-Monique Robin nomme celles qui apparaissent dans son film Sacrée Croissance comme dans l’exposition que nous avons inaugurée hier à l’Hôtel du département (visible encore jusqu’au 26 février de 9h à 16h).
3 - Toutes les actions du Conseil général, notamment les opérations d’aménagement, pourraient être soumises non seulement à des clauses sociales ou environnementales comme c’est le cas aujourd’hui, mais aussi à des clauses climatiques qu’on mesurerait obligatoirement en les passant au filtre d’un GESomètre – une anticipation des Gaz à Effet de Serre qui seraient produits.
4 – Nous pourrions encourager l’éducation climatique des jeunes val-de-marnais, notamment dans le cadre d’actions phares comme le festival de l’Oh !, le Conseil général des collégiens, Ordival, l’ordinateur portable, un Notre Monde.
Hier, une dynamique est née, celle des climato-optimistes !

PS : ci-dessous, deux articles d’aujourd’hui qui rendent bien compte de l’ambiance !

Le Val-de-Marne pense local pour agir global

par Stéphane Guérard, L’Humanité – vendredi 13 février 2015
Le département mettait en lumière hier toutes les actions de développement durable menées de la base au sommet, qui font écho aux exigences de la prochaine conférence climat de Paris. Ce n'est pas faire injure aux chefs d'état des 194 nations qui participeront en décembre, à Paris, à la conférence pour le climat. Mais la lutte contre le dérèglement climatique dépend aussi beaucoup du niveau local et des solutions à déployer au quotidien pour contenir le réchauffement planétaire. À neuf mois de cette COP21 (pour 21e Conference Of the Parties), certaines collectivités locales se mobilisent. C'est le cas du Val-de-Marne (94), qui annonçait hier être « en mouvement pour le climat », lors d'un colloque énonçant toutes les dispositions déjà prises et celles à venir afin de diminuer les émissions de gaz à effet de serre (GES) et les consommations d'énergie.

« Tous les déchets de la capitale sont envoyés chez ses voisins »

Au vu du dernier « palmarès de l'écologie », publié par le magazine la Vie, en novembre dernier, et qui plaçait le 94 parmi les mauvais élèves, cette dynamique n'est pas encore reconnue. Elle semble cependant en bonne voie, à entendre tous les exemples d'actions menées dans les transports, la production et la consommation d'énergie, la restauration collective ou l'économie circulaire. Le département vient de loin. « La petite couronne subit beaucoup de mauvais comportements de Paris. Tous les déchets de la capitale sont par exemple envoyés chez ses voisins », regrette Agnès Popelin, de France Nature Environnement. Conscient du contexte, Jacques Perreux, chargé de l'environnement au conseil général, souligne : « Pour rester dans le scénario des 2 degrés de réchauffement, il faut que l'exception dont sont capables les collectivités, les associations, les familles deviennent la règle. » Ce devrait vite être le cas pour un territoire qui se rêve en future grande plateforme intermodale d'Île-de-France. Avec le marché de Rungis, l'aéroport d'Orly, le port fluvial de Bonneuil-sur-Marne, deuxième en taille de la région, ainsi que la gigantesque et sous-utilisée gare de triage de Villeneuve-le-Roi, le Val-de-Marne devrait être un partenaire de choix pour Paris et sa région si elles veulent lutter contre le trafic routier. Par ailleurs, le Grand Paris Express et ses trois lignes de métro supplémentaires devraient, à terme, faire bondir l'usage des transports en commun (21 % des déplacements) et leurs corollaires, la marche à pied (40 %) et le vélo (0,7 %), au détriment de la voiture (37 %), utilisée une fois sur deux pour un trajet inférieur à 3 kilomètres.
Outre son plan bâtiment, qui vise à diviser de moitié la consommation d'énergie dans les collèges et les administrations, le département a totalement revu sa politique de restauration. « On a fait le choix du service public, raconte Alain Desmarest, vice-président du conseil général. On relocalise les cuisines et on travaille avec des filières biologiques et des circuits courts pour l'approvisionnement, en regroupant les commandes. » L'éducation contre le gâchis alimentaire et la mise en place du compostage achèvent cette nouvelle boucle de l'économie circulaire. Mais, pour être durable, le développement écologique d'un territoire ne peut être l'apanage des institutions. Les impulsions viennent beaucoup de la base.
Comme cette association qui développe l'autopartage à Sucy-en-Brie ; la ressourcerie atelier d'insertion à Saint-Maur-des-Fossés, qui collecte chaque jour 1,3 tonne de matériels pour en valoriser 85 % et les revendre ; ou cette association qui lutte contre l'habitat indigne et la précarité énergétique. ■


Près de 250 visiteurs se penchent sur le dérèglement climatique

Le Parisien - Édition : Val de Marne - vendredi 13 février 2015 Le thème du climat était à l’honneur hier à l’hôtel du département où près de 250 personnes, associations, entreprises, collectivités locales du Val-de-Marne se sont réunies pour débattre sur la question du dérèglement climatique en marge de la 21e conférence internationale sur le climat en décembre prochain. « Il est important de revoir nos projets d’aménagement départementaux et communaux et de créer une vraie dynamique territoriale », insiste Jacques Perreux, conseiller général (EELV) en charge de la mission sur le dérèglement climatique. Durant cette journée, plusieurs enjeux ont été évoqués à travers les grandes politiques publiques portées par le département. Au menu : transport, restauration dans les collèges, soutien aux éco-activités, collèges et patrimoine bâti. « L’arrivée de la ligne 15 va révolutionner nos modes de vie et de transport. Les gaz carboniques vont être considérablement réduits », souligne Jacques Perreux. ■

Commentaires

  1. 16 février 2015, 22:29 par sylvie berline

    Bjr Jacques
    qu'est ce que tu mets dans ton bilan ges?
    Pourqoui ne reprends tu pas tout simplement le bilan carbone imaginé par Jancovici?
    il a le mérite d'être simple et reconnu
    sylvie berline

  2. 17 février 2015, 09:17 par Jacques Perreux

    Merci pour cette question qui me permet de préciser : le GESomètre, c’est comme un gazomètre, c’est une image !
    Il ne s’agit bien sûr pas d’inventer un nouvel indice, mais d’anticiper le bilan carbone pour toutes les actions du Conseil général, bilan carbone initié par l’ADEME, puis déposé comme Bilan Carbone® par ABC, l’Association Bilan Carbone créée en 2011, cf. http://www.associationbilancarbone.fr/.

commentez cet article






*Champs obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.
Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaîtront pas tant que le modérateur ne les aura pas approuvés.