vignette jaques perreux

Militant du bien Commun.
Conseiller municipal (eelv) deVitry sur Seine.
Membre du groupe des élus de "la fabrique Vitry en mieux

Rendez-vous sans rendez-vous

  1. En mairie

    le 1er jeudi du mois à partir de 17h téléphoner au 01 46 82 84 56.

  2. Dans les quartiers

    • Centre quartier Fabien
    2e jeudi du mois à partir de 18h

    • Galerie commerciale
    Simply (ex-Atac)
    3e jeudi du mois à partir de 18h

Carte blanche

  • les idéaux républicains sont devenus des armes de discrimination et de mépris

    par Jacques Rancière, Philosophe

    lire la suite

Vu ici et là

Sur le net

vignette Tous en Seine - le rapport
Télécharger le rapport

Tous en Seine - le rapport
(PDF, 1Mo)

Un lundi comme les autres...

Actualités mardi 17 décembre 2013

Ce matin avait lieu, comme souvent le lundi, la commission permanente du conseil général. 99 rapports à débattre.

Pour l’insertion des ROMs

Un rapport, traitant d’une convention avec l’association « Pour loger » qui agit pour l’insertion des populations roms. La droite a voté contre, une abstention à gauche. J’ai dit à quel point cette action concrète entre le CG et « Pour loger » était utile et favorisait réellement l’insertion, l’accès aux soins, la scolarisation. Et comme pour tout un chacun, lorsqu’on se donne les moyens de combattre les injustices et les ségrégations, l’insertion se réalise et la scolarisation se concrétise par la réussite. C’est ainsi beaucoup de bénévolat quotidien comme à Vitry, qui se voit récompensé.

EPIN

Il était aussi question de subventions aux collèges. J’ai saisi cette occasion pour rendre compte à mes collègues, de la remise des ordinateurs portables aux collégiens et aux parents de l’établissement EPIN. D’abord, un bon accueil de la direction de l’établissement, pour ce geste visant la réussite de tous les élèves avec un principe d’égalité. J’ai eu le sentiment d’une réelle approbation des parents, à travers leurs applaudissements, quand j’ai dit : « J’en profite pour vous parler franchement. Vous savez que les collectivités publiques, et particulièrement les conseils généraux, connaissent de graves difficultés financières. Cela nous a d’ailleurs amené à diminuer les subventions à des collèges publics qui ont des « fonds de réserve » de quelques dizaines de milliers d’euros, et donc supérieurs à ce qu’il faut avoir en caisse pour répondre aux dépenses imprévues. Et je ne vais pas me cacher derrière mon petit doigt, la presse en a parlé, des sommes bien plus importantes sont dégagées ici chaque année sous forme de bénéfices. Une réduction conséquente de ceux-ci permettrait tout à la fois de réduire la participation des familles, et celle des collectivités locales, aujourd’hui étranglées, et d’améliorer les conditions d’enseignement et de travail des personnels. »

L’après-midi de ce lundi, il y avait séance du conseil général sur les orientations budgétaires. Au milieu des difficultés dues aux diminutions des dotations de l’Etat aux collectivités (- 1,5 milliards d’€), et de l’augmentation des dépenses sociales non compensées par l’Etat, (sauf en augmentant les droits de mutation), le cap est maintenu par la majorité de gauche… (j’y reviendrai).

Le contrat des Grandes Ardoines

A l’ordre du jour aussi, le contrat de développement territorial des Grandes Ardoines. J’ai exprimé le vote positif et exigeant de notre groupe.
Vote positif car, ce contrat est le résultat de vraies avancées, d’allers et retours, de mobilisation des élus, et de travail croisé des administrations. Nous apprécions qu’il soit marqué d’une logique de développement durable. Il intègre notamment la lutte contre le changement climatique, la préoccupation de la qualité de l'air, la préservation de la biodiversité, des milieux naturels et des ressources, et surtout, il tente de réconcilier le territoire avec son environnement naturel marqué par la présence de la Seine, qui devient en quelque sorte un grand équipement métropolitain. Il est aussi un document qui vise la résilience, en s'appuyant sur la mémoire du territoire, pour "fabriquer un pôle métropolitain dynamique et accueillant, solidaire et équilibré", et en priorisant les ressources du territoire, notamment en matière énergétique, avec le développement de la géothermie. Satisfaction aussi avec le départ du dépôt pétrolier BP de Vitry classé Seveso 2 qui a motivé tant de démarches de notre part.

Vote exigeant car, si nous saluons la volonté de construire "une ville complète" qui offre à ses habitants des emplois, des logements, des services dans un vie agréable, il reste indispensable d'avoir un suivi de ce développement et des points d’étape, afin de vérifier si tous les éléments de cette ville avancent au même pas et si les emplois sont au rendez-vous. des points d’étape qui pourront devenir si nécessaire des points de nouvelles batailles.

Vigilance encore sur les financements qui ne sont pas tous cadrés, notamment pour les traversées de Seine et des réseaux ferroviaires. Le projet urbain labellisé Ecocité, construit autour des grands équipements multimodaux entend privilégier "les courtes distances". Si les grands équipements et pôles de transport collectif, tels que la ligne 15, sont indispensables, ils ne sont pas les seuls éléments de la ville à courte distance qui demande aussi de mettre le piéton au cœur du dispositif des déplacements et de développer les pistes cyclables pour permettre au vélo de prendre toute sa place dans les déplacements. Autour des grands équipements de transport collectif, c'est une ville à 30 km/h qu'il faut construire.

Commentaires

  1. 18 décembre 2013, 07:48 par Bertrand POTIER

    Voilà un billet intéressant par les sujets abordés. Quelques remarques pour alimenter la réflexion collective !
    Sur le ROMS, l'évocation de perspectives est utile. En la matière l'Etat et l'Europe ne sont pas à la hauteur des enjeux.
    Quant à EPIN, la question est bien celle du scandale de la place de la "sphère marchande" dans l'éducation. Il est injustifiable que l'Etat habilite et finance, au demeurant sans contrôle sérieux, des entités qui distribuent des bénéfices aux actionnaires. La Région et le Département sont de ce fait obligés à financer ces structures. Elles doivent elle mêm exercer leurs prérogatives de contrôle des fonds. L’exigence de baisse des fonds de réserve des collèges ne peut en aucun cas être comparé avec le dégagement d’un excédent d’exploitation d’un établissement privé et la distribution de bénéfices par une entreprise comme EPIN.
    Sur le CDT, je pense que le recul critique est insuffisant. Vitry devrait faire preuve de plus d'exigence vis à vis de l'Etat afin de créer les conditions d'un réel développement territorial. Un processus de comblement du déficit d'emploi sur notre ville est bien un enjeu central. La question du développement des formations, notamment, du secondaire et de l'enseignement supérieur est également une exigence majeure. L'Etat ignore trop cela. Le CDT est pauvre à ce sujet. Enfin sur l'aménagement du territoire cela n'avance pas. Le CDT acte des dispositions déjà prévues par le Syndicat des transports d'Ile de France (STIF).... Quant aux autres opération, à part le principe de financement d’un unique franchissement des voies de chemin de fer au niveau des ardoines, les perspectives de financement sont rarement évoquées. L’estimation des projets est même souvent absente.

    http://bertrandpotier.hautetfort.com/archive/2013/12/13/la-communaute-d-agglomeration-seine-amont-une-dynamique-au-s-5245575.html


  2. 18 décembre 2013, 13:10 par Jacques Perreux

    Sur les Roms, oui l’Etat et l’Europe mais aussi beaucoup de collectivités ne sont pas à la hauteur. L’action du CG crée déjà de la perspective ici et maintenant.

    EPIN, j’ai relaté ici, plusieurs fois, mes positions contre ce scandale et obtenu du Préfet la saisie de la Chambre Régionale des Comptes. Mais ce qui m’a semblé intéressant, c’est de montrer clairement que les parents de ce collège ne sont pas nos adversaires, et que le principe d’égalité entre le privé et le public peut faire réfléchir. Si on n’admet pas que des collèges publics « thésaurisent », alors comment pourrait-on admettre que des sommes bien plus importantes se transforment en dividendes comme à EPIN. J’ai eu le sentiment d’être compris. En tous les cas, on n’est pas moins à gauche et moins efficace (au contraire) lorsque l’on fait des efforts pour mettre en partage des idées en cherchant dans le même temps à rassembler…

    Concernant le CDT, il y a beaucoup de choses positives obtenues par l’action et le débat, y compris les financements de la ligne 15, des 2 tramways, du TZEN, et du principe de financement, comme tu le rappelles, d’une traversée de voie ferrée. Ce n’est quand même pas rien en ces temps d’austérité, dès lors comment pourrait-on voter contre ? Et pour ce qui est des insuffisances et des choses qui ne sont pas encore financées le combat continue.

commentez cet article






*Champs obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.
Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaîtront pas tant que le modérateur ne les aura pas approuvés.