vignette jaques perreux

Militant du bien Commun.
Conseiller municipal (eelv) deVitry sur Seine.
Membre du groupe des élus de "la fabrique Vitry en mieux

Rendez-vous sans rendez-vous

  1. En mairie

    le 1er jeudi du mois à partir de 17h téléphoner au 01 46 82 84 56.

  2. Dans les quartiers

    • Centre quartier Fabien
    2e jeudi du mois à partir de 18h

    • Galerie commerciale
    Simply (ex-Atac)
    3e jeudi du mois à partir de 18h

Carte blanche

  • les idéaux républicains sont devenus des armes de discrimination et de mépris

    par Jacques Rancière, Philosophe

    lire la suite

Vu ici et là

Sur le net

vignette Tous en Seine - le rapport
Télécharger le rapport

Tous en Seine - le rapport
(PDF, 1Mo)

Vers la transparence de l’eau ?

Actualités mercredi 3 avril 2013

Depuis deux ans, 60 Millions de consommateurs et la fondation Danielle-Mitterrand France Libertés se sont associés pour mener l'« Opération transparence » sur le dossier de l’eau potable en France.

Après avoir décortiqué le prix de l’eau du robinet et publié la carte inédite des communes bénéficiant de dérogations pour distribuer une eau non conforme, les voilà qui s’attaquent à la qualité de l’eau potable.

Grâce à des outils permettant de traquer les molécules à un niveau de très grande finesse, ils ont recherché 85 polluants d’origine humaine : pesticides, médicaments, ou encore perturbateurs endocriniens. Leurs analyses, réalisées grâce à des outils très pointus, ont mis en évidence des polluants dans l’eau du robinet, mais aussi – chose qui semblait impensable – dans certaines eaux en bouteille… Il ne s’agit que de traces qui ne remettent pas en cause la potabilité de l’eau. Mais elles révèlent à quel point notre environnement peut être contaminé.

Concernant l’eau du robinet, huit prélèvements sur les dix effectués contiennent au moins un des polluants recherchés. Quant à l’eau en bouteille, sur 47 échantillons analysés, 10 présentent des traces de pesticides ou de médicaments. Parmi les polluants les plus fréquemment retrouvés figure l’atrazine. Pourtant interdit depuis 2001, ce désherbant soluble dans l’eau est très persistant dans l’environnement. Côté résidus de médicaments, c’est le tamoxifène qui est le plus souvent retrouvée, une hormone de synthèse utilisée dans le traitement du cancer du sein.

Ce ne sont pas les traces de pesticides, mais les résidus de médicaments qui sont contestés par la Chambre syndicale des eaux minérales, dont les produits sont soumis à des analyses publiques. En raison des résultats obtenus, les analyses ont été renouvelées et complétées, sur les mêmes bouteilles, confirmant les résultats des premières analyses.

Il faut donc que les pouvoirs publics et les professionnels reproduisent des analyses aussi fines, à grande échelle. La méthodologie utilisée doit combiner une analyse chromatographique à une analyse spectrométrique de pointe, qui permet de détecter des molécules présentes sous forme d’« ultra-traces », de l’ordre du nanogramme par litre d’eau. les normes doivent évoluer pour mieux prendre en compte ces nouveaux polluants.

Je vous ai déjà alerté sur la nécessité de protéger les laboratoires d’analyses publics Les analyses des eaux sont-elles aussi faussées dans le Val-de-Marne ?. Je soutiens le manifeste pour l’eau potable de 60 Millions et France Libertés. Il est urgent de mettre à plat l’ensemble du dossier « eau potable » en France et, pour cela, l’organisation d’assises nationales de l’eau, réunissant l’ensemble des acteurs concernés, est plus que jamais nécessaire !

commentez cet article






*Champs obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.
Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaîtront pas tant que le modérateur ne les aura pas approuvés.