vignette jaques perreux

Militant du bien Commun.
Conseiller municipal (eelv) deVitry sur Seine.
Membre du groupe des élus de "la fabrique Vitry en mieux

Rendez-vous sans rendez-vous

  1. En mairie

    le 1er jeudi du mois à partir de 17h téléphoner au 01 46 82 84 56.

  2. Dans les quartiers

    • Centre quartier Fabien
    2e jeudi du mois à partir de 18h

    • Galerie commerciale
    Simply (ex-Atac)
    3e jeudi du mois à partir de 18h

Carte blanche

  • les idéaux républicains sont devenus des armes de discrimination et de mépris

    par Jacques Rancière, Philosophe

    lire la suite

Vu ici et là

Sur le net

vignette Tous en Seine - le rapport
Télécharger le rapport

Tous en Seine - le rapport
(PDF, 1Mo)

A propos du forum mondial de l’eau

L'eau, notre bien commun samedi 4 juin 2011

Lundi 30 et mardi 31 mai, je représentais à Lyon, la région Ile de France à la réunion des collectivités locales et régionales, préparatoire au forum mondial de l’eau qui aura lieu à Marseille en mars 2012. J’y ai défendu dans les séances plénières et en ateliers les idées ci-après.

Nous savons tous à quel point, l’eau, notre eau, a besoin que l’on se rassemble et que l’on soit solidaire autour d’elle. Non seulement elle en a besoin, mais dans l’histoire de l’humanité l’eau a poussé les hommes à converger, à dialoguer (ce qui n’exclut pas la dispute) à s’entendre et à partager. C’est la condition pour que l’eau soit vraiment un bien commun. Marseille 2012 a besoin de toute la diversité des points de vue.

Nous sommes dans une période où l’eau est source d’inquiétudes (pollutions, alimentation, prix) et de mobilisations citoyennes. Celles-ci ne doivent pas être considérées comme des problèmes pour nous, mais comme une partie des solutions. Mon expérience au travers du festival de l’Oh, de l’élaboration du plan bleu dans le Val-de-Marne ou de la réouverture de la Bièvre me conforte dans l'idée que nous faisons mieux avancer la cause de l’eau avec les propositions et les actions des habitants et des associations. Marseille 2012, pour être le forum des solutions, doit être celui des mobilisations.

Nous savons bien qu’il y a rarement spontanément consensus au départ sur les enjeux de l’eau. Le consensus doit être construit à partir d’une volonté politique. Il y a des différences de point de vue, d’optique. Par exemple, des personnes tout aussi respectables les unes que les autres pensent qu’on ne peut pas marchandiser l’eau (c’est mon cas), alors que d’autres pensent que l’on peut le faire ou que cela ne pose pas de problème. Et le pacte d’Istanbul a prescrit que dans tous les cas, il fallait une meilleure maîtrise publique de la gestion de l’eau. Il y a des fortes contradictions sur le type d’agriculture, sur les stratégies de lutte contre le dérèglement climatique, sur les gaz de schiste, la tarification…Marseille 2012, pour être une réussite et susciter l’intérêt doit être le forum des confrontations.

Il faut reconnaître–que l’on soit content ou pas de cela- que le bilan des sommets et forums consacrés à l’eau depuis des décennies fait débat. Les objectifs affichés et proclamés d’apporter l’eau et l’assainissement à tous les êtres humains n’ont pas été atteints. Et ce n’est ni pour des raisons naturelles ou surnaturelles, ni pour des raisons techniques qu’il en est ainsi, mais pour des raisons politiques. Il est donc compréhensible que beaucoup de citoyens et militants aient décidé sur cet enjeu du droit à l’eau et sur d’autres enjeux, d’organiser un forum alternatif. Du fait des échecs, le forum alternatif a donc encore plus toute légitimité.

Notre région IDF, avec son président Jean-Paul Huchon et sa Vice Présidente Héléne Gassin, a décidé de s’impliquer tout à la fois dans le forum officiel, notamment à travers sa participation à un colloque sur la gestion des eaux pluviales en partenariat avec l’agence de l’eau, et dans le forum alternatif, notamment en aidant la coordination des associations pour l’eau. Je pense qu’il serait juste et équitable que le forum alternatif bénéficie à un bon niveau d’un financement de la part de l'Etat, comme cela avait d’ailleurs été le cas pour le forum social en 2002. Il doit y avoir confrontation tranquille entre les deux forums et les collectivités locales peuvent être une passerelle.

En fait, Marseille 2012, c’est deux forums. Et les élus en fonction de leur sensibilité peuvent se retrouver naturellement dans les deux.

Lors de cette réunion de Lyon qui réunissait 250 personnes venues de 27 pays le débat a notamment porté sur la mobilisation autour du pacte d’Istanbul, sur les actions de coopération décentralisées et sur l’importance du rôle des collectivités dans les politiques de l’eau. Ont participé de façon active et convergente avec les points de vue que j’ai défendus Anne Le Strat pour Paris, Chantal Duchêne pour Ivry, Tonio Aniésa pour Nanterre et le réseau international des autorités locales des villes de banlieue et Madjid Méssaoudène pour Saint-Denis. Dans ces différents échanges, notre opinion a, en définitive, été prise en compte.

Il faut noter comme positif dans les conclusions et les interventions de Serge Lepeltier (1), Guy Fradin (2) et Philippe Lacoste (3), la reconnaissance explicite du forum alternatif, et la nécessité de jeter des ponts entre les deux forums ainsi que l’importance de la mobilisation des villes de banlieue.

(1)Serge Lepeltier, ancien ministre de l’environnement, est le coordinateur du processus « Autorités locales et régionales pour le 6ème forum mondial de l’eau ».
(2)Guy Fradin, directeur de l’agence de l’eau Seine Normandie, est Vice-Président du comité internatinal du 6ème forum.
(3)Philippe Lacoste, directeur adjoint des biens publics mondiaux, est président de la commission du processus politique du 6ème forum.

Commentaires

  1. 04 juin 2011, 20:31 par Bernard Mounier

    Bonjour,
    Avant tout commentaire de ma part, pouvez-vous indiquer de quelles subventions du Conseil régional IDF bénéficiera le Forum alternatif, et nous fournir les verbatim ou les textes dans lesquels ces 3 personnages ont reconnu explicitement le forum alternatif.
    Merci
    Bernard Mounier membre du bureau Eau bien commun PACA, qui organise à Marseille le Forum alternatif

  2. 13 juin 2011, 21:02 par Nadia Marie

    nous sommes d'accord sur le fait que l'eau est un bien commun , quand certain en manque cruellement, la France est un des rare pays ou les toilettes sont alimentés en eau potable, c'est une source qui deviendra de plus en plus rare, même dans nos contrées, l'épisode de sécheresse qui nous touche, nous fait , voir a quel point bien des choses sont a améliorer a changer, comme une incitation a la conversion dans l'agriculture pour des cultures moins consommatrice en eau, une agriculture plus en adéquation avec sa région, une récupération des eaux de pluies pendant la période hivernal en prévision,que cette hérésie de l'arrosage en pleine journée dans les zones non situées auprès d'habitations disparaissent, avec la sécheresse qui s'installe un autre problème se fait jour quid des centrales
    nucléaires, et du niveau des fleuves, censés refroidir
    celles-ci?
    L'eau est un bien précieux les participants ayant des points de vue divergents cela ne sera pas chose aisé que de trouver un terrain d'entente ou l’intérêt, de ceux qui n'y ont pas accès pour des raisons d'exercices de pouvoir, parce que dans certains pays elle est un moyen de
    pression,et chaque jour des gens meurt de cet état de fait.
    Espérons que le meilleur des accord puisse être trouver,et que les engagements qui seront prit soit tenus...

commentez cet article






*Champs obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.
Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaîtront pas tant que le modérateur ne les aura pas approuvés.