vignette jaques perreux

Militant du bien Commun.
Conseiller municipal (eelv) deVitry sur Seine.
Membre du groupe des élus de "la fabrique Vitry en mieux

Rendez-vous sans rendez-vous

  1. En mairie

    le 1er jeudi du mois à partir de 17h téléphoner au 01 46 82 84 56.

  2. Dans les quartiers

    • Centre quartier Fabien
    2e jeudi du mois à partir de 18h

    • Galerie commerciale
    Simply (ex-Atac)
    3e jeudi du mois à partir de 18h

Carte blanche

  • les idéaux républicains sont devenus des armes de discrimination et de mépris

    par Jacques Rancière, Philosophe

    lire la suite

Vu ici et là

Sur le net

vignette Tous en Seine - le rapport
Télécharger le rapport

Tous en Seine - le rapport
(PDF, 1Mo)

Bloc-notes de Marseille : mercredi, ces petits ruisseaux qui font les grandes rivières

L'eau, notre bien commun mercredi 14 mars 2012

Retour au forum officiel dans l’ambiance du forum des collectivités locales organisée par la CGLU.

Ministres et maires des grandes villes et métropoles se succèdent pour faire partager leurs expériences. Après que le droit à l’eau potable et à l’assainissement a enfin été reconnu par l’ONU en juillet 2010, les représentants des autorités locales se félicitent que la déclaration ministérielle reconnaisse leur rôle en première ligne pour concrétiser ce droit en développant la coopération décentralisée.

Comme beaucoup d’élus, je crains que cette reconnaissance bien méritée ne se traduise par un désengagement des Etats de leurs responsabilités. On sait par exemple que l’engagement des pays riches de consacrer 0,7 % de leur PIB à l’aide au développement est très loin d’être atteint, dans ce monde où l’égoïsme fait trop souvent loi.

Rendez-vous est donné à Rio + 20 pour faire de l’eau un objectif du développement durable à part entière. Cet après-midi, ma collègue Mireille Gitton y fera entendre la voix de l’Ile-de-France, notamment le soutien aux collectivités qui font le choix de la gestion publique, l’aide à l’agriculture biologique et le refus des gaz de schiste.

Une lucarne ouverte aux alternatifs

Elle est timide, mais c’est une première : une rencontre entre les officiels et les alternatifs se tient pour la première fois à l’occasion du « side event » au pavillon de la France. Cette rencontre au sommet, historique (sic !), doit se tenir en 45 minutes top chrono.

Emmanuel Poilane, de la fondation France Libertés, estime que les associations sont aussi force de proposition.

Pedro Arrojo pointe la gravité des conflits autour de l’eau dans le monde et rappelle les 40 à 80 millions de personnnes déplacées pour la construction de barrages.

Le représentant de la Ville de Kinga, en Guinée, insiste sur l’implication des citoyens : les problèmes ne peuvent se résoudre qu’avec les populations elles-mêmes.

Laurent Chabert D’Hières estime que la question n’est pas celle du public ou du privé, mais que les officiels ont besoin de l’oxygène qu’apportent les alternatifs.

Jean-Luc Touly considère que la loi Oudin-Santini favorise trop souvent les entreprises de l’eau ; il réclame une voix délibérative pour les associations dans les instances de décision.

Pour ma part, j’insiste sur le fait que le refus de la marchandisation de l’eau et du vivant est un principe politique et philosophique que chacun a le droit de contester, mais dont tout le monde doit admettre la cohérence.

La France, un siècle de retard

Michel Delebarre, président de Cités Unies de France, reconnaît que la France accuse un siècle de retard en matière d’implication citoyenne dans la gestion de l’eau.

Louis Le Pensec, ancien ministre de la Mer, évoque les enjeux dans le monde rural, et la nécessaire confrontation des points de vue, et dit qu’il partage certaines des convictions des alternatifs. Pierre Cohen, le maire de Toulouse, souligne le rôle de l’association « Eau secours » dans la baisse du prix de l’eau, et l’existence d’une expertise et de compétences techniques hors du secteur privé.

Tandis qu’Anne Le Strat s’insurge contre la mise à l’écart des débats d’une entreprise publique aussi importante qu’Eaux de Paris, André Flajolet, député UMP et grand prêtre du forum officiel, croit faire preuve de bienveillance : « on vous a écouté, ce qui ne veut pas dire qu’on va retenir vos solutions ; c’est cela la démocratie ». Autrement dit, cause toujours... Attention M. Flajolet, les petits ruisseaux sont en train de faire une grande rivière !

Pause déjeuner. Je rencontre des amis élus du Nord. Une déclaration pluraliste – socialistes, écologistes, et communistes. Au menu, boulgour, poulet, et tropézienne. Mais aussi lutte contre les inondations maritimes, protection du polder, habitat sur pilotis, production d’énergie à partir d’algues, et canal Seine-Nord. C’est aussi cela, l’intérêt d’un forum.

Ouverture du forum alternatif

Chaude ambiance au forum alternatif. Les docks du sud, haut lieu de la vie nocturne et culturelle alternative à Marseille, sont presque pleins. Un public de toutes les couleurs et de tous, qui tranche avec l'uniformité du forum officiel. Beaucoup de jeunes, notamment.

Après une performance artistique mêlant slam, percussions, et vidéo succession d'interventions. Guss Massiah cite Stiglitz, et voit dans la privatisation de pans de plus en plus nombreux de la vie sociale les germes d'une dérive mafieuse du capitalisme. Pour Maude Barlow, il est temps de prendre notre pouvoir. La Sénégalaise Bintou Dialo se dit porteuse du cri du coeur des femmes africaines qui en sont privées : l'eau est source de vie, pas de profit !

commentez cet article






*Champs obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.
Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaîtront pas tant que le modérateur ne les aura pas approuvés.