vignette jaques perreux

Militant du bien Commun.
Conseiller municipal (eelv) deVitry sur Seine.
Membre du groupe des élus de "la fabrique Vitry en mieux

Rendez-vous sans rendez-vous

  1. En mairie

    le 1er jeudi du mois à partir de 17h téléphoner au 01 46 82 84 56.

  2. Dans les quartiers

    • Centre quartier Fabien
    2e jeudi du mois à partir de 18h

    • Galerie commerciale
    Simply (ex-Atac)
    3e jeudi du mois à partir de 18h

Carte blanche

  • les idéaux républicains sont devenus des armes de discrimination et de mépris

    par Jacques Rancière, Philosophe

    lire la suite

Vu ici et là

Sur le net

vignette Tous en Seine - le rapport
Télécharger le rapport

Tous en Seine - le rapport
(PDF, 1Mo)

Les marchands reculent, la solidarité progresse

L'eau, notre bien commun vendredi 30 septembre 2011

Il s’est produit comme un miracle hier.

Anne le Strat, l’adjointe au Maire de Paris qui a piloté la remunicipalisation de la gestion de l’eau parisienne, a été élue à la présidence du comité de bassin de l’Agence de l’Eau Seine Normandie.

Cette institution a en charge la protection des ressources en eau et la lutte contre les pollutions .Ainsi Anne, qui dirige également Eau de Paris, la société publique de gestion des eaux parisiennes, a fait tomber le champion de la marchandisation de l’eau, André Santini.

Les marchands prennent l'eau !

Celui-ci était en place depuis 2005 et cumulait cette charge avec celle de la présidence du SEDIF, le syndicat des eaux d’Ile de France, dont la gestion est déléguée à Véolia.

Une page se tourne .Cette victoire a beaucoup de sens pour tous ceux qui agissent depuis des années pour que l’eau soit considérée comme un bien commun. Aprés la victoire des référendum en Italie et à Berlin en faveur de la remunicipalisation de l’eau, le symbole de cette élection est aussi un formidable encouragement pour la crédibilité et le succès du Forum Alternatif Mondial de l’Eau qui se tiendra à Marseille en mars prochain. Les marchands perdent du terrain, tandis que les défenseurs de l’eau, bien commun ont le vent en poupe.

Malus aux bandits de la république

Et puis une bonne nouvelle n’arrive jamais seule . Hier après-midi, nous avons adopté au conseil régional une délibération inédite et innovante, présentée par la Vice-Présdente Marie-Pierre de la Gontrie. Les aides régionales aux investissements des communes seront dorénavant conditionnées à des critéres sociaux et environnementaux, grâce à un systéme de bonus-malus.

Les communes au potentiel fiscal plus faible, qui abritent des ménages aux revenus modestes, qui construisent des logements sociaux et qui réalisent des équipement écologiques seront encouragées par des bonifications financières. A l’inverse, les villes aux fortes ressources et à la population plus aisée qui ne respectent pas la loi SRU seront pénalisées

C’est là un bel outil de justice sociale et de solidarité territoriale ,un bel acte concret et courageux de la gauche contre l’apartheid, les égoïsmes de classe, et la concurrence des territoires.

Comme l’a dit mon collègue écologiste François Bastien, « la Région ne fermera plus les yeux devant ces élus ,véritables bandits de la république,qui violent délibérément la loi . La région sera encore plus présente et récompensera ces inventeurs du quotidien,ces maires batisseurs et aménageurs,ces élus attentifs à la qualité environnementale de leurs constructions… »

Bon en fait depuis dimanche après la victoire au sénat c’est la gauche comme on l’aime, non ?

Commentaires

  1. 04 octobre 2011, 16:14 par Christiane Dedryver

    QUID DE L AMENDEMENT VISANT A EXCLURE DE TOUT FINANCEMENT LES VILLES HORS DE LA LOI SRU ?

    Bonjour Jacques,

    J'ai été surprise de te compter parmi les votants contre l'amendement proposé par le Front de Gauche et les Alternatifs et visant à exclure du droit à financement les villes ne voulant pas respecter la loi SRU.

    Il y a peut-être des raisons tout à fait objectives à ton vote et pour ne pas rester sur un sentiment négatif, j'aimerais, si tu en as le temps, que tu me l'expliques.

    N'y vois aucun procès mais simplement un besoin de comprendre.

    Amicalement

    Christiane DEDRYVER

  2. 06 octobre 2011, 11:30 par Jacques Perreux

    LA RADICALITE, C'EST AUSSI LA POLITIQUE DES PETITS PAS !

    Bonjour Christiane,

    Merci pour ta réaction.

    Cette délibération sur la critérisation des aides versées par la Région aux communes est avant tout le fruit d’un compromis, d’un long processus de négociation, auquel les 2 vice-présidentes EELV Emmanuelle Cosse et Hélène Gassin, respectivement en charge du logement et de l’énergie, ont fortement contribué.

    Mon engagement s’est toujours inscrit dans une radicalité politique certaine. Mais être radical, à mon sens, ce n’est pas se réfugier dans la posture pour refuser d’assumer la réalité des rapports de force. La radicalité, c’est s’attaquer à la racine des problèmes, des injustices et des inégalités, et commencer de transformer la société sans attendre les lendemains qui chantent. La radicalité, c’est aussi savoir mener la politique des petits pas. En l’occurrence, il aurait été à mon sens irresponsable de saborder un compromis difficilement obtenu en imposant à nos partenaires socialistes une exigence nouvelle à la dernière minute.

    En l’espèce, le pas est tout de même très significatif. Cette délibération est fortement incitative. Les communes les plus « vertueuses » en matière de construction écologique et de logement social pourront bénéficier de 10 % de bonus, quand les communes qui ne respectent pas la loi SRU subiront une décote de 5 % sur les sommes perçues. Plutôt que renvoyer dans les cordes les maires qui enfreignent la loi, je préfère les inciter à changer, et donner les moyens à ceux qui s’engagent pour construire des territoires plus solidaires et écologiques.

    Mais bien sûr, on peut aller encore plus loin. Si le Front de Gauche propose de le faire dans les collectivités où il est majoritaire, je le suivrai très volontiers. Mais au Conseil Général du Val-de-Marne, où je siège également, le président communiste et son groupe ont toujours refusé de mettre en place un tel système de critérisation, qui excluerait des aides les villes qui ne respectent pas la loi SRU – nous en avons pourtant plusieurs fois fait la proposition, avec mes collègues du groupe Gauche Citoyenne-EELV.

    Tu sais, pour bien me connaître et pour avoir suivi mes combats pour le service public de l’eau, que j’ai toujours fait prévaloir le principe selon lequel les actes et les paroles doivent aller de pair. Sinon, on reste dans la posture, qui peut parfois tourner à l'imposture.

    Amitiés,

    Jacques

commentez cet article






*Champs obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.
Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaîtront pas tant que le modérateur ne les aura pas approuvés.