vignette jaques perreux

Militant du bien Commun.
Conseiller municipal (eelv) deVitry sur Seine.
Membre du groupe des élus de "la fabrique Vitry en mieux

Rendez-vous sans rendez-vous

  1. En mairie

    le 1er jeudi du mois à partir de 17h téléphoner au 01 46 82 84 56.

  2. Dans les quartiers

    • Centre quartier Fabien
    2e jeudi du mois à partir de 18h

    • Galerie commerciale
    Simply (ex-Atac)
    3e jeudi du mois à partir de 18h

Carte blanche

  • les idéaux républicains sont devenus des armes de discrimination et de mépris

    par Jacques Rancière, Philosophe

    lire la suite

Vu ici et là

Sur le net

vignette Tous en Seine - le rapport
Télécharger le rapport

Tous en Seine - le rapport
(PDF, 1Mo)

Acharnement contre José Bové et Cedric Herrou L'assistance à personne en danger est-elle maintenant un délit?

Actualités mercredi 26 juillet 2017

Hier matin lundi, avec José Bové et Cédric Herrou, nous accompagnions en train plus de 160 migrants à Nice. Ces 160 personnes ont été accueillies dans la ferme de Cédric. Le plus souvent ces personnes sont fatiguées voire épuisées, elle présentent parfois des plaies et sont souvent atteintes de graves lésions dues à la gale.

Le transport de ces personnes à Nice pour aller déposer leurs demandes d'asile se fait avec l'accord de la gendarmerie et sous son contrôle. À l'arrivée en gare le cortège se dirige tranquillement vers le square Mermoz pour recueillir les formulaires de demande d'asile et se restaurer. Nous profitons de ce temps avec José Bové pour nous rendre à la police de l'air et des frontières. José comme son mandat de député européen lui en donne le droit a souhaité visiter le centre de rétention provisoire. Arrivé à destination il est attendu et reçu mais surprise ! Là où d'habitude des dizaines de migrants sont retenus pas un seul migrant n'est présent. Tout autour pourtant des sacs des vêtements éparpillés et abandonnés, des poubelles elles-aussi remplies comme si un déménagement impromptu avait eu lieu ... José est reçu et va rappeler à ses interlocuteurs les lois et les droits des migrants. Nous nous rendons ensuite à la gare de Menton où nous avons appris que souvent des migrants mineurs sont reconduits en Italie en infraction avec la loi puisqu'ils doivent bénéficier de l'action sociale a l'enfance. Petite gare, gros dispositif policier. Cédric puis José entreprennent de parler avec un jeune migrant qui vient d'être encadré par les CRS. Alors que José décline son identité il est immédiatement ceinturé et molesté comme le montrent les images du journal de fr3.

ici

Nous avons beau protester le CRS ne lâche son emprise que lorsque le jeune migrant est embarqué dans le fourgon. Questionné par le journaliste de la 3 sur les violences dont il a été victime José répond qu'il est là pour que les droits d'asile soient respectés. A notre retour à Nice nous assistons au départ en gare de plusieurs dizaines de migrants pour la destination de Marseille. Cédric les accompagne. Nous apprendrons un peu plus tard que le train est stoppé à Cannes que Cédric est en garde à vue et les migrants expulsés vers l'Italie. Le lendemain matin, José relate ces faits sur la matinale de France inter Quelques heures plus tard, il est informé que dans la cadre d'une commission rogatoire ouverte par le procureur de Grasse il va être auditionné. Lors de celle-ci il fait savoir qu'il ne fait pas appel à son immunité parlementaire et qu'il assume tous ses actes en tant que citoyen. Dans le même temps nous apprenons que la ferme de Cédric Herrou est en cours de perquisition et que tous les migrants présents sont embarqués. Tout cela se passe en France sur la Côte d'Azur a minima par la volonté d'un préfet peu regardant sur le respect du droit. Des forces de polices impressionnantes sont mobilisées pour harceler, traquer des citoyens qui ne font que leur devoir de porter secours à d'autre personnes en situation sanitaire et psychique fragile.

D'autres articles sur le même sujet sont à lire sur mon compte Facebook.

Commentaires

  1. 26 juillet 2017, 19:56 par betty

    les migrants ne quittent pas leur pays de gaieté de coeur en général; nous nous devons de les accueillir correctement nous qui nous vantons d'être le pays où sont nés les droits de l'homme, en 1789.

  2. 27 juillet 2017, 11:52 par Monique BANDELIER

    Je trouve ces comportements simplement scandaleux et je m'étonne que les "médias" n'en aient pas parlé. Peut-être cela va t-il arriver ? Il semblerait important que le Ministre de l'Intérieur soit informé.

  3. 29 juillet 2017, 07:59 par nicky

    en mode support depuis le début pour Cédric je suis consternée par cette situation qui ne fait que s'aggraver, cela devient plus qu'intolérable, c'est de l'acharnement contre cet homme qui " aide " qui accueille solidaire les plus démunis!
    ne sommes nous pas la patrie de " la déclaration des droits de l'homme" permettez moi de m'interroger??

  4. 08 août 2017, 19:24 par DESPINASSE Jean Louis

    DEPUIS LA JUSTICE EST PASSÉE 4 MOIS AVEC SURSIS
    QUE DEVIENT NOTRE FRANCE PAYS DES DROITS DE L'HOMME .
    A 80 ANS JE SUIS MAL A L'AISE DE VOIR NOTRE CONSCIENCE SE DÉSAGRÉGER

commentez cet article






*Champs obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.
Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaîtront pas tant que le modérateur ne les aura pas approuvés.