vignette jaques perreux

Militant du bien Commun.
Conseiller municipal (eelv) deVitry sur Seine.
Membre du groupe des élus de "la fabrique Vitry en mieux

Rendez-vous sans rendez-vous

  1. En mairie

    le 1er jeudi du mois à partir de 17h téléphoner au 01 46 82 84 56.

  2. Dans les quartiers

    • Centre quartier Fabien
    2e jeudi du mois à partir de 18h

    • Galerie commerciale
    Simply (ex-Atac)
    3e jeudi du mois à partir de 18h

Carte blanche

  • les idéaux républicains sont devenus des armes de discrimination et de mépris

    par Jacques Rancière, Philosophe

    lire la suite

Vu ici et là

Sur le net

vignette Tous en Seine - le rapport
Télécharger le rapport

Tous en Seine - le rapport
(PDF, 1Mo)

Les abstentionnistes sont des résistants

Actualités vendredi 3 avril 2015

Le niveau atteint par l'abstention à cette élection départementale n'est comparable à aucune autre du même type, puisque ce scrutin n'avait jamais été autant nationalisé et politisé par le haut avec le référendum anti-FN lancé par le PS pour limiter les dégâts.

Il est probable que, sans cette opération, nous aurions atteint un nouveau record.

Le barrage n'empêche pas l'eau de monter

Mais en creux on voit aussi qu'au regard de ces vibrants appels à faire barrage, ça marche de moins en moins. Pour beaucoup de gens, la ficelle est devenue trop grosse. Depuis 20 ans qu'on nous appelle à faire barrage, le FN continue de monter.
Le barrage n'empêche pas l'eau de monter. Il la contient d'abord puis doit la laisser s'écouler. Dans le domaine politique aussi, le barrage n'est pas la bonne technique !
Les cyniques en politique qui instrumentalisent le FN et les peurs qu'il inspire, tout en menant des politiques qui nourrissent les souffrances et les colères, sont de plus en plus visibles et grotesques. Cela nourrit de fait un nouveau type d'abstentionnistes !

Quand 95 pour cent des gens n'ont pas choisi l'élu

Dans notre ville, l'abstention n'a cessé de monter depuis des années. Nous sommes arrivés dans certains quartiers à 75% des inscrits qui ne votent pas. Encore faut-il y ajouter tous ceux qui, décidant de ne plus voter, ne s'inscrivent pas sur les listes électorales. On peut ajouter les abstentionnistes forcés, ceux qui sont interdits de vote parce qu'étrangers, et tous ceux qui sont radiés parce qu'ils ont simplement changé d'adresse.
Dans notre ville et les villes voisines, dans certains quartiers, l'élu qui a reçu l'écharpe au soir du 2ème tour doit avoir l'humilité de se dire que sur les 100 adultes qu'il a croisé dans la journée, il y en a moins de 10 qui l'ont choisi en votant pour lui au 1er tour et dans certains cas à peine 5. C'est dire que 95 pour cent ne l'ont pas choisi !
Dans ces situations, comment admettre que pour avoir rendez-vous avec l'élu, il faille attendre parfois des semaines, voire des mois ?

" Nous refusons de participer à un jeu dont les règles sont truquées "

Les abstentionnistes ne sont plus seulement dans la méfiance ou dans l'indifférence à un personnel politique qui, depuis des décennies, adopte des postures, prend des engagements, fait des promesses qu'il "oublie" et auxquelles il tourne le dos sitôt élu avec un incroyable aplomb. Pour beaucoup de citoyens, le monde politique est devenu un monde de menteurs. Pour beaucoup, la politique est devenue synonyme d'impuissance à améliorer les choses. Et même, quand elle est perçue comme le moyen d'aggraver l'exploitation, la précarité, les injustices sociales, c'est souvent une source de dé-crédibilisation de l'ensemble des partis politiques, y compris de ceux qui proclament leur volonté de changer les choses. La multiplication des petites et grosses affaires qui touchent des militants de tous les partis accréditent l'idée que les femmes et les hommes politiques sont au-dessus des lois, et qu'ils cherchent à être élus parce que la place est bonne.
.
En définitive, ceux qui ne participent plus au vote sont dans la résistance à un système, à une République qui est en panne, enrayée. En ne votant plus, des millions et des millions de gens, et de plus en plus souvent, la majorité du peuple de France dit clairement : " Nous refusons de participer à un jeu dont les règles sont truquées ".

Les abstentionnistes ne sont pas le problème mais une partie de la solution

Ceux qui, parmi la gauche et les écologistes, ont comme optique une 6eme république ne devraient-ils pas reconsidérer leur façon de considérer les abstentionnistes et de s'adresser à eux ?
On ne parviendra pas à créer un rapport de force favorable à une alternative sociale, écologiste et citoyenne, si on ne trouve pas le moyen que soient associés dès le départ tous ceux qui sont fâchés légitimement avec les partis politiques.
Qui peut croire qu'il suffirait que les partis les plus à gauche, Front de gauche, écologistes, etc… s'unissent pour qu'une perspective s'ouvre ?!
Qui peut croire qu'il suffirait de monter de jolies estrades unitaires après avoir travaillé à des rapprochements possibles entre les analyses et les propositions des uns et des autres ?! Devons-nous attendre qu'un formidable mouvement social fasse de lui-même émerger une nouvelle force politique ? Comme en Espagne ou en Grèce ? On prend alors le risque d'attendre longtemps, et que le pire s'installe d'ici là.

Les forces existent pour donner naissance à une nouvelle force

Les forces existent dans notre pays comme ailleurs. Une multitude d'engagements est déjà à l'œuvre aujourd'hui pour faire la société de demain. C'est la conséquence de la crise des partis politiques dont le discours, les actes et le fonctionnement ne correspondent plus à ce qu'il faut faire pour transformer la société. C’est aussi l'aspiration à participer et à ne pas remettre à plus tard tout changement que l'on peut faire soi-même en coopérant et mutualisant avec quelques autres. Que l'on ne s'y trompe pas, il n'y a pas d'un côté les abstentionnistes aux élections, et de l'autre ceux qui changent la vie au quotidien. Les deux sont liés et mélangés. Dans notre fabrique citoyenne Vitry en mieux, nous avons des abstentionnistes ...
On ne sera jamais capable d'instituer une 6ème république si on n'est pas capable de créer un processus qui s'en inspire. Peut-être faudrait-il travailler patiemment et lentement à un appel qui pourrait être celui de centaines de milliers de gens. Les premiers milliers d'initiateurs déclareraient sur l'honneur qu'ils s'engagent à n'être candidats à rien sauf à contribuer modestement et sincèrement dans les actes à la naissance d'une nouvelle force.
.
Dans un tel processus, il faudrait que les militants des partis dans les villes, villages, universités, entreprises, qui sont souvent très connus, s'engagent à faire prévaloir et, dans tous les cas, à toujours respecter l'intérêt général, la décision commune, par rapport à leur identité ou leur identité supposée. Le reste s'écrirait ensemble de façon obligatoirement imprévisible. Aucun parti, aucun leader ne peut penser être investi d'une telle mission, et aucun groupe de partis non plus. Il faut donc inventer cette autre façon. Le vouloir vraiment, c'est le pouvoir.

commentez cet article






*Champs obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.
Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaîtront pas tant que le modérateur ne les aura pas approuvés.