vignette jaques perreux

Militant du bien Commun.
Conseiller municipal (eelv) deVitry sur Seine.
Membre du groupe des élus de "la fabrique Vitry en mieux

Rendez-vous sans rendez-vous

  1. En mairie

    le 1er jeudi du mois à partir de 17h téléphoner au 01 46 82 84 56.

  2. Dans les quartiers

    • Centre quartier Fabien
    2e jeudi du mois à partir de 18h

    • Galerie commerciale
    Simply (ex-Atac)
    3e jeudi du mois à partir de 18h

Carte blanche

  • les idéaux républicains sont devenus des armes de discrimination et de mépris

    par Jacques Rancière, Philosophe

    lire la suite

Vu ici et là

Sur le net

vignette Tous en Seine - le rapport
Télécharger le rapport

Tous en Seine - le rapport
(PDF, 1Mo)

L'impensable peut arriver mais l'impossible aussi !

Actualités vendredi 24 février 2017

L'impensable peut arriver. La victoire de Marine Le Pen est désormais crédible ou pour le moins celle d'une droite libérale faisant la course à l'échalote avec les idées les plus extrêmes. Une société de régressions sociales, de divisions, de haines et d'insécurité pour nos enfants et petits enfants.

Il faut donc tenter l'impossible : c'est à dire que des forces divisées et concurrentes, des millions de personnes meurtries par les déceptions, déboussolées par des évolutions de la société, se rassemblent, non pas pour s'additionner et pour espérer ainsi endiguer la montée du péril, mais se rassemblent sur des propositions politiques radicalement nouvelles.

Cela semblait impossible

Cela semblait encore impossible il y a quelques semaines, quand à la surprise générale, c'est un candidat socialiste Benoit Hamon, clairement en rupture avec la politique suivie par François Hollande qui l'emporte lors de la primaire d'une partie de la gauche. Cela semblait impossible, pourtant un accord d'un contenu inédit est signé entre les écolos, leur candidat Yannick Jadot et Benoit Hamon. Quelques heures plus tard, Jean Luc Mélenchon n'a pas fermé la porte à un accord pour un candidat unique. Nous sommes dans une situation qui oblige tout le monde à prendre de la hauteur : Hamon, Jadot, Mélenchon bien sûr mais pas seulement eux.

Faire des pas vers l'autre

Nous sommes des millions à devoir faire des pas vers l'autre, à devoir valoriser ce qui rassemble à un haut niveau. Il ne s'agit pas d'oublier ou d'écarter ce qui divise. Au contraire, ce qui divise et entretient les méfiances doit être versé dans la dynamique et continué à être débattu avec un principe de bienveillance. Pour ma part, j'ai des désaccords - plus ou moins avec les 3 candidats. Parfois je l'avoue, j'enrage en écoutant tel ou tel ...

Si le coeur et la raison palpitent pour tel ou tel

Il n'y a pas de candidat idéal. Si le cœur et la raison palpitent plus pour tel candidat c'est parce qu'un candidat c'est une alchimie entre des idées, des propositions, un comportement, un caractère et les qualités que l'on reconnaît ou non à son entourage et son parti. Pour une élection où nous avons en commun de penser que la fonction présidentielle est dépassée, qu'il faut une nouvelle république ce ne devrait pas être trop difficile de réfléchir et d'évaluer qui, de JL Mélenchon ou B Hamon est le mieux à même de rassembler très largement pour être présent au 2ème tour puis pour gagner. Ce ne devrait pas être trop difficile, si on prend aussi comme principe que dans une future majorité législative aucune sensibilité politique ne devrait à elle seule être majoritaire et qu'au contraire la réussite reposera sur un équilibre pluraliste.

Rompre avec l'arrogance et l'esprit de domination

Peut-être que, dans les jours qui viennent, peut s'enclencher quelque chose d'historique qui relève de l'audace démocratique écologiste et sociale et qui rompe avec l'arrogance et l'esprit de domination qui ont tant pourri la politique. Peut-être que ce qui est en train de se passer au plan politique est tout simplement la poursuite de ce qui s'invente en bas dans la société et qui bouleverse notre façon de concevoir l'action politique.

L'autre jour, lors d'une conférence un an après la COP 21 où il était question du risque d'emballement de la machine climatique, l'économiste Maxime Combes citait cette réflexion de l'écologiste américain Murray Bookchin" Si nous ne faisons pas l'impossible, nous devrons faire face à l'impensable ".

Commentaires

  1. 24 février 2017, 16:43 par marisa

    salut Jacques,
    un grand merci d'avoir bataillé pour que la société civile s'associe au grand débat sur l'eau au territoire 12 ; mais le résultat est loin de nos espérances d'intelligence collective même sur le plan local : les élu-es ne veulent pas de nous au moment où je te réponds et pour enrichir leurs débats ; c'est un mauvais présage pour nous ; quant aux discussions présidentielles : ça nous dépasse carrément...

  2. 28 février 2017, 22:55 par DAMOUR

    Bonjour M. Perreux
    Je voudrais réagir à votre article. Je comprends bien que la classe politique a peur de voir apparaitre le loup brun...
    mais il ne faut pas oublier qu'elle en est très largement responsable, par ses trahisons répétées, par son indifférence face au peuple, etc. Je n'excuse pas le vote FN, mais je le comprends.
    Vous parlez de la victoire "surprise" de Hamon, je pense qu'il a surtout été élu pour faire sortir Valls, pour se venger de la trahison qu'il nous a faite et qu'il a faite à la démocratie en ayant une attitude dictatoriale (49/3) et des paroles proches de l'extrême droite parfois, notamment sur l'islam.
    Vous parlez d'un accord entre Hamon et Jadot... je vous rappelle que ce même accord fait qu'aujourd'hui, la droite déguisée en gauche (l'aile droite du PS comme l'appellent les journalistes) lâche Hamon car il est trop "radical" quand il annonce vouloir arrêter de le soutenir pour soutenir Macron. Et vous voudriez que les gens de la France Insoumise, qui en ont marre des gens sans aucune conviction et aucune parole, se rallient à un parti contenant ce genre d'individus? http://www.lexpress.fr/actualite/politique/elections/presidentielle-l-aile-droite-du-ps-prepare-soigneusement-sa-rupture-avec-hamon_1884209.html
    Vous dites que Mélenchon et Hamon ont en commun le fait qu'ils trouvent la fonction présidentielle dépassée... vraiment? pourquoi M. Hamon propose, dès lors, "j'établirai un mandat présidentiel non renouvelable de 7 ans avec un nouveau rôle..." quand M. Mélenchon dit que lui préfèrerait qu'il n'y ait plus de président, mais que de toute façon, ce sera au peuple de dire ce qu'il veut en écrivant la constitution. Car oui, M. Mélenchon, à la différence de M. Hamon qui propose déjà ce que lui mettra dans ce texte fondateur, propose que nous, le peuple français, recoulions la base de la république.
    si candidature unique il y a, je vous propose de réfléchir à ceci :
    M. Mélenchon fait campagne depuis le 10 février 2016. nous sommes le 28 février 2017. M. Hamon est élu depuis un mois...
    M. Mélenchon a mis en place un programme de participation populaire, interrogé une trentaine d'experts, syndicalistes, représentants de la vie associative en tout genre pour enrichir le projet, fait voter les soutiens pour savoir thème par thème s'ils étaient d'accord avec le programme, fait voter des gens tirés au sort pour l'adopter à une convention, réalisé une 40 aine de livrets thématique pour aller en profondeur dans les choses, passé 5h30 en direct pour chiffrer tout le programme. M. Hamon n'a toujours pas fini de faire le sien, revient déjà sur certaines mesures (il n'abrogera plus la loi travail mais en fera une autre...)
    faites voter les soutiens de Hamon à la question "si Hamon ne se présentait pas, seriez vous prêt à voter pour M. Mélenchon" et l'inverse : "si Mélenchon ne se présentait pas, seriez vous prêt à voter Hamon". je peux vous assurer que vous ne trouverez pas 10% des insoumis pour voter oui. en revanche, vous trouverez surement plus de personnes ayant les idées de Hamon prêts à voter pour Mélenchon (pour la simple et bonne raison que la moitié de son programme vient de l'avenir en commun...)
    ainsi, je prends note de votre volonté de rassembler, j'ai la même que vous. Mais je vous demande de ne pas réfléchir en terme de politiciens, mais en terme de peuple. vous qui nous représentez, essayez de vous mettre à notre place et de comprendre ce qu'il se joue chez nous en ce moment : on essaie de nous faire rentrer dans les rangs en brandissant le drapeau rose et en criant "le loup va vous manger! UNION, UNION!". L'union, ca a assez duré. surtout quand on nous trahit à la fin. ce coup ci, on veut donner notre voix à nos convictions. et je peux vous dire qu'au 2e tour, personne des insoumis n'ira mettre dans l'urne un bulletin contraire à nos valeurs. alors oui, le risque de la peste brune est très présente. et je vous conseille de militer activement pour que Hamon laisse la droite déguisée en gauche (les El Khomri, les Valls, les Bruno Le Roux, etc) et se range derrière le mouvement dégagiste qui est à l'oeuvre... car vous n'aurez pas nos voix pour sauver la république au 2e tour...

commentez cet article






*Champs obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.
Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaîtront pas tant que le modérateur ne les aura pas approuvés.